Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Montpellier organise le premier séminaire du contrôle de gestion sociale inter-CHU

Partages d’indicateurs, de pratiques et d’expériences, exposé sur le contrôle de gestion sociale au service du pilotage des effectifs et de la masse salariale... Le 4 juin 2019, le CHU de Montpellier a organisé le premier séminaire du contrôle de gestion sociale inter-CHU. L’occasion d’une rencontre riche et constructive sur un sujet habituellement réservé aux initiés. Entretien avec l’initiateur de ces rencontres, Christian Plancq, contrôleur de gestion sociale à la Direction des ressources humaines et de la formation au CHU de Montpellier.

Partages d’indicateurs, de pratiques et d’expériences, exposé sur le contrôle de gestion sociale au service du pilotage des effectifs et de la masse salariale… Le 4 juin 2019, le CHU de Montpellier a organisé le premier séminaire du contrôle de gestion sociale inter-CHU. L’occasion d’une rencontre riche et constructive. Entretien avec l’initiateur de ces rencontres, Christian Plancq, contrôleur de gestion sociale à la Direction des ressources humaines et de la formation au CHU de Montpellier.
Le contrôle de gestion des ressources humaines (RH) est devenu une fonction essentielle à l’hôpital car il contribue très directement au pilotage et au suivi de la masse salariale et des effectifs. C’est un volet stratégique pour un établissement de santé, qui permet de mieux connaitre la réalité sociale de l’établissement (indicateurs) et de définir des axes de performance RH au service de la qualité des soins aux patients et dans l’intérêt des professionnels.

Le contrôle de gestion des ressources humaines recouvre deux dimensions 

1.     Le reporting social en fournissant des données RH sur l’établissement en interne mais également en externe
2.     Le pilotage social en permettant aux cadres RH et aux managers de suivre les données opérationnelles et stratégiques de GRH qu’ils ont sous leur responsabilité.

Les enjeux du contrôle de gestion des ressources humaines

– Concevoir, mettre en place et animer un système d’information (Construire et faire fonctionner les bases de données et tableaux de bord permettant de suivre les salariés, leurs activités, leurs performances et les coûts qu’ils engendrent).
 Conduire les analyses économiques ou médico-économiques qu’impose un pilotage rationnel (exemples : analyse des évolutions de la masse salariale, chefferie de projet…)
– Traduire en décisions et en applications les pistes d’améliorations issues des analyses sociales ou médico-économiques.
 Contrôler et suivre les plans d’actions en mode projet.
– Présenter des informations quantitatives détaillées et pertinentes au regard de la stratégie de l’entreprise sur les éléments dont la mobilisation est source de sa réussite : ses ressources humaines.

Pourquoi avoir décidé de réunir l’ensemble des contrôleurs de gestion sociale des CHU ?

Il y a environ dix-huit mois, j’ai proposé à Virginie Valentin, notre DRH, de créer un groupe de contrôleurs de gestion sociale pour que nous puissions échanger toutes les informations utiles et confronter nos pratiques. Petit à petit, la quasi-totalité des 32 CHU ont été représentés.
Un réseau a été constitué que nous sollicitons régulièrement notamment dans le cadre d’enquête flash sur des thématiques très concrètes telles que (Les organisations RH, La délégation de gestion,  les conditions de versements de l’allocation aux parents d’enfants handicapés). Chaque contrôleur de gestion répond rapidement à 3 ou 4 questions sur un fichier Excel et l’émetteur synthétise ensuite les résultats qu’il envoie à la totalité du collectif. Cette démarche très simple, qui peut être assimilée à des mini-benchmarks – à du parangonnage – a pour objectif de nous aider à prendre la meilleure décision.
Nous communiquons également sur les postes vacants.
La qualité des contacts et des connaissances générées par notre réseau ont tout naturellement conduit à l’organisation d’un séminaire inter CHU, afin que nous puissions mieux nous connaitre. Grâce aux soutiens de la direction générale de Montpellier, j’ai pu initier cette première rencontre. La quasi-totalité des établissements ont répondu favorablement. Nous avons même dû refuser des participants, preuve que ce séminaire était attendu !

Les questions centrales ont porté sur le contrôle de la gestion sociale au service

–        du pilotage des effectifs et de la masse salariale avec des communications des CHU de Montpellier, Poitiers et Rennes,
–        de la stratégie des hôpitaux avec la présentation d’un module de Maincare Solutions. Nos collègues des CHU de Toulouse et de Bordeaux ont également présenté la méthode des soins infirmiers individualisés à la personne soignée qui permet de fixer un indicateur de la charge de travail en soins infirmiers.

Quel bilan faites-vous de ce premier séminaire ?

Cette première édition est une véritable réussite grâce à une dynamique partagée. Elle a bénéficié du soutien des collectivités territoriales et d’entreprises privées locales Un nouveau rendez-vous a d’ores et déjà été fixé aux contrôleurs de gestion sociale pour une seconde édition qui aura lieu au CHU de Tours en juin 2020.
Pour toute précision  contacter : c-plancq@chu-montpellier.fr
Hélène Delmotte 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”