Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

COVID-19 : la HAS soutient l’usage expérimental des tests salivaires

La Haute autorité de Santé (HAS) se prononce en faveur d’une attribution d’un "forfait innovation" relatif aux tests de détection moléculaire du virus SARS-CoV-2, responsable de la COVID-19- réalisés sur des prélèvements salivaires. Ce forfait innovation permet une utilisation de ces tests et leur prise en charge financière au cours de l’essai clinique prévu par ce dispositif.

La Haute autorité de Santé (HAS) se prononce en faveur d’une attribution d’un "forfait innovation" relatif aux tests de détection moléculaire du virus SARS-CoV-2, responsable de la COVID-19- réalisés sur des prélèvements salivaires. Ce forfait innovation permet une utilisation de ces tests et leur prise en charge financière au cours de l’essai clinique prévu par ce dispositif.
Les tests virologiques sur des prélèvements salivaires sont évoqués comme une alternative possible aux tests virologiques sur des prélèvements nasopharyngés car l’acte de prélèvement non invasif et indolore est susceptible d’être mieux accepté par les patients, notamment s’ils sont amenés à être testés de manière répétée. La Société Française de Microbiologie associée au centre hospitalier Andrée Rosemon de Cayenne avaient ainsi demandé le 6 août à la HAS d’évaluer l’opportunité d’un recours au "forfait innovation" pour utiliser les tests salivaires en dépistage et en diagnostic ambulatoire.
Toutefois, de nombreuses incertitudes persistent quant à leur fiabilité. Après avoir analysé toute la littérature scientifique disponible au sujet de ces tests, la HAS considère que des éléments de fiabilité importants manquent encore pour une utilisation immédiate généralisée en alternative aux tests nasopharyngés. Afin de recueillir les données manquantes et de permettre un accès précoce et encadré à ces tests, la HAS a donc rendu un avis favorable à la mise en place d’un forfait innovation pour les tests virologiques sur prélèvement salivaire.

En attendant une possible généralisation de ces tests…

L’outil du "forfait innovation", conçu pour des actes ou des dispositifs médicaux prometteurs mais nécessitant des compléments d’investigation, apparaît à cette date, bien adapté aux tests salivaires. Il permettra de définir précisément les conditions optimales de recours à ces tests ainsi que la fiabilité qui peut en être attendue. Les prélèvements effectués dans le cadre de l’étude devraient en outre permettre de constituer une «salivothèque» de référence, qui pourrait s’avérer un outil très utile pour mesurer à l’avenir les performances des tests.
Comme pour tous les avis relatifs à la gestion de la pandémie et en particulier ceux sur les tests, la HAS a rendu son avis en urgence. La HAS sera attentive aux premiers résultats de l’étude, afin de déclencher, le cas échéant, le processus d’évaluation pour une prise en charge généralisée, dans les indications qu’elle aura définies.

Le forfait innovation
Le forfait innovation implique la réalisation d’une étude clinique ou médico-économique, au niveau national ou international, visant à apporter des données manquantes et à confirmer l’intérêt de l’innovation pour les patients.
Ce dispositif de financement temporaire offre aux patients un accès à une technologie de santé à un stade précoce de son développement. Il est accordé par le ministère des solidarités et de la Santé, après avis de la HAS.
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”