Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

COVID-19 : les nouveaux kits de dépistage pour identifier les variants

La Direction générale de la santé (DGS) a donné ses directives quant au déploiement des kits de dépistage virologique spécifique aux variants connus du Sars-Cov-2. Elle annonce également le renforcement du dispositif de contact tracing.

La Direction générale de la santé (DGS) a donné ses directives quant au déploiement des kits de dépistage virologique spécifique aux variants connus du Sars-Cov-2. Elle annonce également le renforcement du dispositif de contact tracing.
Disponibles depuis le 23 janvier, les kits spécifiques à l’identification des variants du virus sont à utiliser sur la base d’un premier test RT-PCR positif. Le second test permettant ainsi de détecter «une ou plusieurs variantes connues à ce jour et à minima la variante VOC 202012/0», indique la DGS.
Cette double analyse ne concerne pas les tests antigéniques. Cependant les personnes diagnostiquées positives à la suite d’un test antigénique et se trouvant dans une situation à risque «doivent être invitées» à réaliser ce second test. Sont spécifiquement visées les personnes revenant de voyage, se trouvant dans un cluster ou une zone d’augmentation forte et inexpliquée. Dans ces deux dernières situations, la seconde vague de RT-PCR ne doit-être effectuée que sur certains cas pour échantillonnage. Les laboratoires doivent conserver ces prélèvements, pour réaliser ce second contrôle. Ils doivent donc envoyer ces échantillons aux plateformes en charge de ce deuxième test. Le système d’information du dépistage (SI-DEP) a été mis à jour afin de saisir les résultats de cette deuxième RT-PCR.

Une orientation spécifique des prélèvements

Les échantillons de personnes de retour de l’étranger doivent être séquencés en priorité, «uniquement s’ils n’ont pu faire l’objet d’un deuxième test réalisé avec un kit de criblant les variantes, dans le réseau des laboratoires de biologie médicale disposant de la capacité du séquençage ou d’autres capacités de séquençage identifiées par les ARS et répondant au cahier des charges du Centre national de référence (CNR)», détaille la DGS.
Pour les personnes issues de clusters ou de zones à augmentation forte et inexpliquée du taux d’infection, les prélèvements doivent être orientés vers les laboratoires liés au réseau CNR-ANRS. Toutefois, ces prélèvements doivent répondre à des caractéristiques et des renseignements spécifiques aux recommandations du CNR et détaillés par l’Institut Pasteur.

Un contact tracing renforcé

La DGS prévient d’abord que «dans tous les cas […] il est impératif de ne pas attendre les résultats du test de criblage aux variantes pour lancer le processus de contact tracing et d’isolement». La notion de "contact à risque" doit être interprétée de manière large: en cas de doute, le patient doit être considéré comme ‘’à risque ‘’.
La chaîne de contamination doit être investiguée de manière plus extensive. La sensibilisation de «deux niveaux de transmission potentielle à la nécessité de prendre des mesures de précaution est d’une importance absolue». Les personnes contact à risque doivent donc contacter leurs personnes contacts.
Un résultat positif issu de ces kits spécifiques déclenchera «de manière prioritaire des actions de contact-tracing renforcées autour du cas par l’ARS et l’Assurance Maladie», précise la DGS.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Un nouveau robot chirurgical au CHU de Poitiers

Le mois dernier, le CHU de Poitiers s’est doté du nouveau robot chirurgical Da Vinci X. Une technologie qui permet à plusieurs de ses services de multiplier le nombre d’opérations mais également de développer de nouvelles perspectives pour certaines spécialités.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.