Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

COVID-19 : Sanofi et GSK dans les starting-blocks pour la distribution d’un vaccin européen

La Commission européenne a signé un accord de précommande de 300 millions de doses du vaccin contre SARS-CoV-2 en cours de développement par Sanofi et GSK. Celui-ci pourrait être disponible dans le courant de l’année 2021.

La Commission européenne a signé un accord de précommande de 300 millions de doses du vaccin contre SARS-CoV-2 en cours de développement par Sanofi et GSK. Celui-ci pourrait être disponible dans le courant de l’année 2021.
L’Union européenne vient de franchir un pas décisif dans les discussions avec Sanofi-GSK, lui permettant d’envisager un contrat de réservation de 300 millions de doses du vaccin contre le SARS-CoV-2 que le laboratoire est en train de développer et qui sera produit sur le sol européen.
Ce futur contrat permettra à chaque Etat-membre de l’Union européenne de commander à des conditions avantageuses le vaccin, une fois que celui-ci aura apporté suffisamment de preuves de son efficacité et de l’absence d’effets secondaires.
Cet accord s’inscrit au cœur de la stratégie européenne de précommandes de vaccins contre la Covid-19. L’objectif étant le développement et la mise à disposition rapide de candidats vaccins sûrs et efficaces. Pour cela l’Union européenne accompagne la recherche menée par différents laboratoires, afin de maximiser les chances de trouver un vaccin sûr et efficace parmi ces divers candidats.

« Pour un accès juste et équitable aux vaccins »

« La France a été l’un des pays à l’origine de l’Alliance inclusive pour un vaccin. Elle est engagée aux côtés de ses partenaires européens pour soutenir un accès juste et équitable aux vaccins contre la Covid-19, dans les meilleures conditions de sécurité pour les populations », précise le communiqué de presse émis ce 18 septembre par le Gouvernement.

La stratégie européenne intervient en effet au bénéfice de la population de tous les Etats membres de l’Union, qui auront chacun la possibilité de commander des doses sur la base des différents accords.
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.