Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

CRC : Le rapport qui conforte la stratégie de regroupement de l’AP-HP

La Chambre Régionale des Comptes d'Ile-de-France vient de rendre public son rapport sur l'organisation des soins à l'AP-HP. Il constate notamment des «inadéquations existantes dans l'affectation des ressources disponibles». Le rapport de la CRC vient ainsi conforter le bien fondé des réformes engagées par le directeur général de l'AP-HP pour améliorer l'organisation de l'institution conformément à ce qu'appellent de leurs voeux les patients et les personnels de ses hôpitaux.

La Chambre Régionale des Comptes d’Ile-de-France vient de rendre public son rapport sur l’organisation des soins à l’AP-HP. Il constate notamment des «inadéquations existantes dans l’affectation des ressources disponibles». Le rapport de la CRC vient ainsi conforter le bien fondé des réformes engagées par le directeur général de l’AP-HP pour améliorer l’organisation de l’institution conformément à ce qu’appellent de leurs voeux les patients et les personnels de ses hôpitaux.

Axe majeur de la modernisation de l’AP-HP, la mise en place de 12 nouveaux groupes hospitaliers multi-sites répond à une double logique d’adaptation de l’offre de soins aux nouveaux besoins des usagers et d’amélioration de la gouvernance et de l’efficience de l’institution.

L’unicité de l’AP-HP lui permet en effet d’envisager une véritable stratégie de groupe et de développer les synergies entre ses différents établissements pour mieux répondre aux besoins de santé de la population : mise en place de filières de prise en charge complètes et fluides, renforcement de la complémentarité entre les différents sites sur un même territoire, meilleure coordination entre les équipes, optimisation de l’organisation de la permanence des soins, et construction de projets médicaux de groupe cohérents.

La création de ces nouveaux groupes hospitaliers doit permettre d’optimiser le management et la gestion de l’AP-HP en simplifiant le pilotage et en mettant en place des entités hospitalières disposant d’un panel d’activités médicales répondant à l’ensemble des besoins de proximité et de recours de la population et bénéficiant d’une taille critique suffisante pour assurer des prise en charge de haute qualité au meilleur coût pour la collectivité.

Ils permettront également de faciliter la mutualisation de fonctions techniques et médico-techniques entre les différents établissements de l’AP-HP.

Cette réorganisation constitue une étape indispensable dans le processus global de modernisation et de transformation de l’institution pour permettre à l’AP-HP de s’inscrire dans l’hôpital XXI ème siècle.

Communiqué de l’AP-HP du 31 mars 2010

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.