Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Création d’un centre de périnatalité de référence à l’Est de Paris

Jusqu'à présent, les 640 000 habitants des 11ème, 12ème, 13ème et 20ème arrondissements et des communes limitrophes ne disposaient pas de maternité de type III avec services de néonatalogie et réanimation néonatale. Désormais, le nouveau centre de périnatalité de référence de l'Est parisien qui regroupe l'hôpital Armand Trousseau (AP-HP - Paris 12è) et l'hôpital Pierre Rouquès Les Bluets offre à la population environnante la réponse sanitaire la plus complète possible en obstétrique, gynécologie, néonatalogie et réanimation.

Jusqu’à présent, les 640 000 habitants des 11ème, 12ème, 13ème et 20ème arrondissements et des communes limitrophes ne disposaient pas de maternité de type III avec services de néonatalogie et réanimation néonatale. Désormais, le nouveau centre de périnatalité de référence de l’Est parisien qui regroupe l’hôpital Armand Trousseau (AP-HP – Paris 12è) et l’hôpital Pierre Rouquès Les Bluets offre à la population environnante la réponse sanitaire la plus complète possible en obstétrique, gynécologie, néonatalogie et réanimation.

Ce partenariat inédit entre un hôpital de l’AP-HP et une structure privée PSPH (participant au service public hospitalier) va au-delà de la simple convention. Sa force réside la complémentarité médicale entre les deux sites qui se traduit par un projet médical commun, le partage des compétences, de certains locaux et d’équipements et d’une façon générale par la mise en valeur des points forts de chacun des établissements.

Le nouveau complexe hospitalier accueille les femmes dont la grossesse se déroule sans difficulté. Il propose également une prise en charge des grossesses les plus à risque pour l’enfant et justifiant la présence, sur place, des équipes et des équipements les plus spécialisés, notamment en néonatologie et réanimation néonatale.

Les autres services de l’hôpital Armand Trousseau (AP-HP) compléteront cet ensemble en mettant à la disposition des familles, la quasi totalité des spécialités pédiatriques et chirurgicales de l’enfant, ainsi qu’un plateau technique complet de biologie, d’imagerie, de génétique et d’explorations fonctionnelles.

En amont, un regroupement a eu lieu au sein de l’AP-HP : les équipes du service de gynécologie-obstétrique de l’hôpital Rothschild (AP-HP) ont rejoint le service de néonatalogie et de réanimation néonatale et pédiatrique de l’hôpital Armand Trousseau (AP-HP. Le service de gynécologie-obstétrique de l’hôpital Rothschild cessera donc son activité à partir du 29 mai 2007.

Cette restructuration qui s’inscrit dans le plan stratégique 2005-2009 de l’AP-HP apporte une réponse concertée à la nécessaire adaptation des maternités à chaque type de besoin de la mère et de l’enfant.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.