Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Création d’un secteur d’urgences neuro-vasculaires à la Timone

L'Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille vient de créer un secteur d'urgences neuro-vasculaires (« stroke center »), destiné à prendre en charge au moins 800 accidents vasculaires cérébraux chaque année. Ce type de structure, accueillant les patients en urgence 24 heures sur 24, permet d'éviter 50 décès ou handicaps sur 1 000 patients traités.

L’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille vient de créer un secteur d’urgences neuro-vasculaires (« stroke center »), destiné à prendre en charge au moins 800 accidents vasculaires cérébraux chaque année. Ce type de structure, accueillant les patients en urgence 24 heures sur 24, permet d’éviter 50 décès ou handicaps sur 1 000 patients traités.

Situé à l’hôpital de la Timone, dans le service de Neurologie du Professeur André Ali Cherif, le secteur est composé de deux unités de 14 lits.

– La première unité, spécifiquement dédiée à la prise en charge des Accidents vasculaires cérébraux (AVC) en phase aiguë (unité d’Urgences Neuro-Vasculaires), est sous la responsabilité du Pr François Nicoli. Il s’agit d’une unité de neurologie spécialisée comportant un secteur de soins attentifs où les patients sont surveillés par un monitoring continu (ECG, pression artérielle, respiration, oxymétrie, température) durant 2 à 3 jours et un secteur « tiède » permettant d’effectuer une rotation rapide des patients venant du secteur de soins attentifs.

– La deuxième unité est dédiée à la prise en charge des AVC en phase secondaire (unité Neuro-Vasculaire Conventionnelle). Cette unité est la responsabilité du Dr Loïc Milandre.

Le personnel se compose de 12 infirmières, 12 aide-soignantes, 2 médecins seniors et 2 internes.

Des gardes de neurologie sont assurées 24h/24, 7 jours sur 7, par 12 internes en neurologie encadrés par 11 neurologues seniors.

En France, 120 000 accidents vasculaires cérébraux se produisent chaque année, soit un toutes les 4 minutes. Ils représentent la 1ère cause de handicap de l’adulte, la 2e cause de déclin intellectuel et la 3e cause de mortalité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.