Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

D’ASH à cadre supérieur de santé infirmier : l’itinéraire de Mme Lerda

« Le CHU de Nice, c'est ma seconde famille ». Anny Lerda lui a consacré sa carrière commencée en 1962. Et si la retraite l'oblige à tourner la page, l'infirmière sortie du rang pour devenir cadre supérieur de santé, souhaite transmettre aux plus jeunes son témoignage, raconter le chemin parcouru. Combien l'hôpital s'est modernisé sur le plan médical et combien l'hôpital s'est amélioré sur les conditions de travail du personnel.

« Le CHU, c’est ma seconde famille ».Anny Lerda lui a consacré sa carrière commencée en 1962. Et si la retraite l’oblige à tourner la page, l’infirmière sortie du rang pour devenir cadre supérieur de santé, souhaite transmettre aux plus jeunes son témoignage, raconter le chemin parcouru. Combien l’hôpital s’est modernisé sur le plan médical et combien l’hôpital s’est amélioré sur les conditions de travail du personnel.
Son premier salaire : 50.000 F de l’époque (500 F). « On était payé en espèces raconte-t-elle non pas par virement bancaire, et chaque début de mois, pour récupérer sa paie ainsi que le bordereau de salaire, il fallait faire la queue au guichet de Pasteur ! »

« J’ai connu les heures à rallonge, le matériel qu’on réutilisait après lavage, les aiguilles qu’on faisait bouillir, les plateaux stérilisés à la flamme et les repas servis à la louche. Il n’y avait qu’un seul cahier de transmission. Aujourd’hui, chaque patient dispose de son dossier de soins infirmiers. Comme toutes les nouvelles technologies, la stérilisation, l’anesthésie, la chirurgie ont progressé. L’ambulatoire évite les séjours inutiles.
En gérontologie, on a instauré les consultations pluridisciplinaires prenant en charge les pathologies de la vieillesse. Sans même parler des locaux rénovés, ni de la 5e semaine de congés. C’est le jour et la nuit. »

Une révolution que Mme Lerda a vécu pleinement :« J’ai débuté au plus bas de l’échelle, comme agent de service hospitalier (ASH). Nous sommes une famille d’hospitaliers. Ma mère travaillait déjà comme aide-soignante. Mes trois soeurs ont suivi ainsi que mes enfants. »

Carrière, bien remplie ! Infirmière en réanimation respiratoire, en chirurgie viscérale, en traumatologie, elle est nommée surveillante enseignante à l’Ecole d’aide-soignante. Elle participe aux formations des agents redéployés (BIH, garage, cuisine etc).
Ensuite, elle est affectée en Gérontologie avant de devenir surveillante-chef dans le service du professeur Cassuto.

« Les années sida. Une expérience terrible avec tous ces jeunes qui mourraient, les mères inconsolables qu’il fallait soutenir, mais aussi quelle leçon sur la vie.

Mme Lerda a rédigé un mémoire pour son diplôme universitaire de psycho-oncologie et l’a intitulé « La place de la spiritualité dans les soins palliatifs ».
« Mon DU, je le dois à tous les patients qui m’ont appris à aller à l’essentiel, à relativiser, à apprécier les petits bonheur qui jalonnent notre quotidien. Dire que nous étions heureux et que nous ne le savions pas ».

De retour en gérontologie, c’est dans le service du Dr Pras que Mme Lerda termine sa carrière hospitalière, le 10 juin 2003.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.