Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Découvrir « l’esprit des lieux  » pour un mariage heureux

Deux ethnologues explorent actuellement, et pendant encore un an, les univers similaires et pourtant si différents des hôpitaux St Roch et Pasteur du CHU de Nice, avant leur réunion dans le futur hôpital Pasteur 2.

Deux ethnologues explorent actuellement, et pendant encore un an, les univers similaires et pourtant si différents des hôpitaux St Roch et Pasteur du CHU de Nice, avant leur réunion dans le futur hôpital Pasteur 2.

Mettre en lumière « l’originalité de l’hôpital Pasteur et de l’hôpital St Roch telle qu’elle transparaîtra au fil des rencontres, des situations observées, des témoignages et du recueil de la mémoire du personnel hospitalier » : c’est ainsi que Michelle Ducerisier, ethnologue au Centre du Patrimoine, et Agnès Jeanjean, enseignante et chercheur en anthropologie à l’Université de Nice Sophia Antipolis, définissent leur mission, au CHU de Nice.

Accompagnées de quatre étudiants, elles chercheront à découvrir «l’esprit des lieux», héritiers d’une histoire, et les identités professionnelles de ceux qui les font vivre, le personnel hospitalier », à travers des rencontres, des visites et en partageant la vie de certaines équipes de Saint Roch et Pasteur.

Pour la Direction Générale du CHU de Nice, l’objectif est d’éviter que le patrimoine de l’hôpital et la mémoire humaine qui le fait vivre ne disparaissent avec ses transformations à venir, mais aussi de donner à ses professionnels la possibilité d’imaginer leur avenir, dans la continuité de cette histoire et non en rupture avec elle.

Un avenir à imaginer, une mémoire à conserver

Dans les prochaines années, l’hôpital St Roch et l’hôpital Pasteur vont vivre une véritable transformation. Le premier va devenir hôpital de santé publique, tourné vers la prévention et la recherche. La plupart des personnes qui l’animent aujourd’hui travailleront bientôt dans un nouvel hôpital, construit sur le site de l’hôpital Pasteur. Les pavillons du second vont faire place au futur Pasteur 2, qui regroupera alors la majeure partie des activités de soins actuelles des deux sites.
A travers le programme culturel pour Pasteur 2 et la mission assumée par les deux ethnologues, le CHU de Nice vise à créer les conditions d’une transition harmonieuse.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.