Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pierre-Charles Pons sur le départ du CHU de Dijon

Promu à d'autres fonctions, Pierre-Charles Pons, directeur Général du CHU de Dijon depuis 2006, annonce son départ le 30 septembre 2013. Durant ses sept années d'exercice, Pierre-Charles Pons a mené à terme des projets stratégiques qui marqueront durablement l'avenir de l'institution.

Promu à d’autres fonctions, Pierre-Charles Pons, directeur Général du CHU de Dijon depuis 2006, annonce son départ le 30 septembre 2013. Durant ses sept années d’exercice, Pierre-Charles Pons a mené à terme des projets stratégiques qui marqueront durablement l’avenir de l’institution.

A Dijon, Pierre-Charles Pons a engagé et poursuivi plusieurs chantiers d’envergure parmi lesquels la Cité hospitalière du 21e siècle qui regroupe les activités de court séjour et le plateau technique sur un site unique (construction Bocage Central, Plateau Technique de Biologie, Unité de Stérilisation Centrale, etc…). Il a également construit puis porté avec une extrême exigence un Projet d’Etablissement ambitieux 2007-2012, et lancé la réflexion autour du Projet d’Etablissement 2013-2017, adopté à l’aube de son départ.
Dans ce cadre, il a développé un partenariat renforcé avec le CHU de Besançon et les autres acteurs de santé de Bourgogne. Des évolutions déterminantes conduites tout en respectant les contraintes d’une situation financière difficile.

Promu à d’autres fonctions, Pierre-Charles Pons communiquera ultérieurement sur sa future affectation.

Carrière hospitalière de Pierre-Charles Pons
Ancien élève de l’Ecole nationale de la santé publique (ENSP, aujourd’hui EHESP), Pierre-Charles Pons exerce ses premières responsabilités en Midi-Pyrénées, au CH de Lavaur (Tarn) puis au Centre Hospitalier de Saint-Girons (Ariège) comme Directeur et Secrétaire Général du Syndicat interhospitalier du Couserans. Il a ensuite été nommé au CH de Millau également comme Directeur et Secrétaire Général du Syndicat interhospitalier du Sud-Aveyron.
Pierre-Charles Pons poursuit sa carrière au Centre Hospitalier Paul Guiraud à Villejuif (Valde-Marne) comme Directeur Adjoint chargé de la stratégie, du projet et des affaires médicales d’août 1993 à décembre 1996. En janvier 1997, il rejoint le Centre national de l’expertise hospitalière (CNEH) en tant que Directeur du pôle stratégie. En novembre 1998, il retourne en Midi-Pyrénées où il occupe le poste de Directeur du Centre Hospitalier de Castres (Tarn) puis Directeur du Centre Hospitalier intercommunal Castres-Mazamet, après la fusion des deux établissements.
En 2005, il devient Directeur Général Adjoint du CHU de Dijon, un poste qu’il occupera pendant plus d’un an, avant d’être nommé à la tête de l’institution bourguignonne fin 2006, un poste qu’il occupera jusqu’au 30 septembre 2013.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.