Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Dépistage de la fibrose hépatique : les tests angevins recommandés

Auteur /Etablissement :
Après 15 années de recherche sur le diagnostic et le dépistage de la fibrose hépatique, le Professeur Paul Calès et son équipe du CHU et de l'Université d'Angers viennent de voir leurs innovations (FibroMètres) reconnues et validées par la Haute autorité de Santé (HAS). Cette labellisation est une reconnaissance incontestable de leurs travaux de recherche menés de longue date en matière de fibrose hépatique.

Après 15 années de recherche sur le diagnostic et le dépistage de la fibrose hépatique, le Professeur Paul Calès et son équipe du CHU et de l’Université d’Angers viennent de voir leurs innovations (FibroMètres) reconnues et validées par la Haute autorité de Santé (HAS). Cette labellisation est une reconnaissance incontestable de leurs travaux de recherche menés de longue date en matière de fibrose hépatique.

En France, près de 2 millions de personnes sont atteintes d’une maladie du foie. Ce type de pathologie entraîne des fibroses du foie dont l’évolution est potentiellement grave. Elles peuvent en effet conduire à la cirrhose et au cancer du foie. Or un dépistage précoce des fibroses hépatiques -c’est-à-dire avant l’apparition des symptômes- permet souvent d’enrailler la maladie voire de la faire régresser.

On comprend mieux alors l’enjeu des recherches du Professeur Calès qui sont essentiellement centrées sur le dépistage précoce des fibroses hépatiques ; fibroses générées entre autres par les hépatites B et C. (1)

C’est donc un dépistage précoce et non invasif que permettent les tests hépatiques FibroMètres* mis au point par les chercheurs angevins et désormais recommandés par la HAS.

Ces tests, basés sur des prélèvements sanguins, permettent de déceler la présence de fibroses hépatiques et d’en mesurer l’intensité donc de permettre le diagnostic de cirrhose. Ainsi, la HAS recommande aux médecins d’utiliser ces tests pour établir le diagnostic de cirrhose en cas d’hépatite C. Ceci permet d’éviter dans la plupart des cas une biopsie invasive. On voit bien tout l’intérêt de la population à risque qui ainsi n’a plus à subir de biopsie.

Le fait que la HAS recommande l’utilisation des FibroMètres pour ce diagnostic laisse espérer le remboursement de ces tests ; tests au demeurant déjà commercialisés par la société BioLiveScale. Leur efficacité a effectivement déjà été reconnue par de nombreuses publications internationales qui les qualifient de plus performants sur le marché.

Au-delà du développement de ces tests, qui a d’ailleurs valu au Professeur Calès d’être promu officier dans l’ordre national du Mérite le 18 mai dernier, l’équipe angevine continue sur sa dynamique lancée voilà 15 ans. C’est ainsi qu’à ce jour elle a déposé 7 brevets dont les 3 derniers dans de nouveaux domaines.

Sur le même sujet

A Bordeaux, un nouvel IHU pour mieux prévenir les AVC

Le 11 juillet a eu lieu à Bordeaux le lancement de l’Institut hospitalo-universitaire Vascular Brain Health Institute (VBHI), premier des douze nouveaux IHU annoncés l’an dernier par Emmanuel Macron dans le cadre de France 2030. En réunissant chercheurs, cliniciens et partenaires industriels, cette nouvelle institution souhaite créer un nouveau paradigme dans la prévention des maladies vasculaires cérébrales.

Une nouvelle maison des Femmes au CHU de Montpellier

La Maison des Femmes Agnès McLaren vient d’ouvrir à Montpellier. Ce lieu est destiné à toutes celles qui sont victimes de violences et entièrement dédié, grâce à l’engagement des professionnels du CHU, à leur santé. L’actrice Alexandra Lamy, ambassadrice de “la maison des femmes”, est la marraine du site montpelliérain.