Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Dépistage de la trisomie 21 : une simple prise de sang de la mère aussi fiable que l’amniocentèse

Un essai coordonnée par des équipes de l’hôpital Necker-Enfants malades AP-HP conclut à l'efficacité des nouveaux tests ADN dans le dépistage de cette anomalie chromosomique par rapport au caryotype fœtal, examen qui consiste à prélever des cellules fœtales par amniocentèse. La recherche a été conduite sur 2 100 femmes à risque de trisomie 21 pour leur fœtus et suivies dans 57 centres français. Les résultats montrent que ces tests détectent 100% des cas de trisomie 21 mais moins d’autres anomalies chromosomiques. Ils permettraient donc un dépistage fiable par simple prise de sang maternel.

Un essai coordonnée par des équipes de l’hôpital Necker-Enfants malades AP-HP conclut à l’efficacité des nouveaux tests ADN dans le dépistage de cette anomalie chromosomique par rapport au caryotype fœtal, examen qui consiste à prélever des cellules fœtales par amniocentèse. La recherche a été conduite sur 2 100 femmes à risque de trisomie 21 pour leur fœtus* et suivies dans 57 centres français. Les résultats montrent que ces tests détectent 100% des cas de trisomie 21 mais moins d’autres anomalies chromosomiques. Ils permettraient donc un dépistage fiable par simple prise de sang maternel.
L’étude souligne par ailleurs que l’utilisation de ces nouveaux tests ADN avant amniocentèse ne s’accompagne pas d’une diminution du taux de fausses couches, en comparaison avec la réalisation d’un caryotype foetal en première intention. De plus, le nombre d’anomalies chromosomiques détectées (trisomie 21 mais également autres anomalies) est significativement plus élevé chez les femmes qui ont bénéficié d’un diagnostic prénatal avec un caryotype conventionnel. 
L’essai SAFE 21 précise et modifie ainsi les critères de choix pour les femmes enceintes considérées comme étant « à risque » à l’issue du dépistage combiné du 1er  trimestre. L’intérêt de leur utilisation serait de réduire le nombre de prélèvements invasifs, et potentiellement le risque de fausse couche.  Ces travaux font l’objet d’une publication dans la revue JAMA le 14 août 2018. En cas de résultat positif le caryotype de confirmation demeure toujours nécessaire du fait du risque de faux-positifs des tests ADN.  
La trisomie 21 est une anomalie chromosomique dont la prévalence augmente avec l’âge maternel. Depuis 2009, son dépistage combiné* est organisé au 1er trimestre de la grossesse (entre la 11e et la 13e semaine d’aménorrhée). Il se déroule sur une séance. Trois paramètres sont pris en compte : l’âge de la mère, des dosages de marqueurs biochimiques et l’échographie (clarté nucale du fœtus). A l’issue de cet examen, les femmes considérées comme étant à risque -risque supérieur à 1 sur 250– peuvent bénéficier d’un caryotype fœtal réalisé par ponction de liquide amniotique (amniocentèse) ou de villosités choriales (choriocentèse). 
Les 2 100 patientes volontaires ont rejoint la cohorte "SAFE 21". Elles ont été réparties au hasard en deux groupes. Les femmes dans le groupe « diagnostic prénatal » se sont vues proposer directement un prélèvement invasif pour la réalisation d’un caryotype fœtal alors que celles dans le groupe « ADN » se sont d’abord vues proposer une prise de sang pour la réalisation du nouveau test basé sur l’ADN fœtal libre circulant. Dans ce dernier groupe, seules les femmes ayant un test anormal ont ensuite bénéficié d’un caryotype de confirmation qui demeure toujours nécessaire du fait du risque de faux-positifs.
L’étude a été menée dans le cadre d’un essai randomisé national SAFE 21, coordonné à l’hôpital Necker-Enfants Malades AP-HP par le Dr Valérie Malan (Service de Cytogénétique) et le Pr Laurent J Salomon (Service Obstétrique – Maternité, Chirurgie, Médecine et Imagerie Fœtales) de l’Université Paris Descartes. Ces travaux ont été menés en collaboration avec le Collège Français d’Echographie Fœtale (CFEF) et le Groupe de Recherche en Obstétrique et Gynécologie (GROG). Ces travaux ont bénéficié d’un financement dans le cadre du programme de soutien aux techniques innovantes (STIC) du Ministère des Solidarités et de la Santé
L’AP-HP a mis en place dès mai 2017 à l’hôpital Cochin une plateforme de dépistage automatisé des principales aneuploïdies fœtales (trisomies 21, 18 et 13) et propose aux femmes à risque une prise en charge globale incluant cette nouvelle approche de dépistage non invasif dans l’ensemble de ses maternités. 
Source : Effect of cell-free DNA screening vs direct invasive diagnosis on miscarriage rates in women with pregnancies at high risk for trisomy 21 : a randomized clinical trial

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”