Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Dermopigmentation : Montpellier crée le 1er diplôme U français pour médecins

La dermopigmentation médicale, technique employée pour la reconstitution de mamelon, fait désormais l'objet d'un diplôme universitaire (DU). Une formation unique en France, proposée par la faculté de médecine et le CHU de Montpellier.
La dermopigmentation médicale, technique employée pour la reconstitution de mamelon, fait désormais l’objet d’un diplôme universitaire (DU). Une formation unique en France, proposée par la faculté de médecine et le CHU de Montpellier.
Les inscriptions sont déjà ouvertes et l’enseignement commencera en décembre 2016. "Dermopigmentation médicale, réparatrice et esthétique", tel est précisément l’intitulé du nouveau diplôme universitaire (DU) dispensé par la faculté de médecine et le CHU de Montpellier. Cette formation, uniquement accessible aux médecins, porte sur une technique le plus souvent associée à une chirurgie réparatrice après un cancer du sein. Dans le cadre d’une reconstruction mammaire, la dermopigmentation médicale permet de reconstituer le mamelon.
Alors que la plupart de ces actes de dermopigmentation sont remboursés à 100% par la sécurité sociale pour les aréoles des seins, les patientes ont une méconnaissance de ces actes médicaux et des remboursements. D’où l’importance de former les médecins pour qu’ils délivrent une information complète aux femmes.
Objectif :  réaliser un acte médical de qualité
L’enjeu est plus largement de permettre aux praticiens de réaliser un acte médical de qualité, en parfaite connaissance du sujet sur le plan théorique, pratique, pour tout phototype, sur peau saine (tatouages des yeux, sourcils, bouche) ou dans un contexte pathologique (cicatrices, brûlure, post radique, post chimio, post cancer du sein, pelade, vitiligo, becs de lièvres, etc.). Il s’agit aussi de les former au traitement des détatouages, des reprises de dermopigmentations " ratées " et des effets secondaires de la dermopigmentation. 
L’enseignement est ainsi proposé aux internes en médecine, médecins généralistes ou spécialistes et chirurgiens, sous la direction du Pr Bernard Hedon et la direction pédagogique du Dr Carole Faure et du Pr Guillaume Captier du CHU de Montpellier. L’association Femme Victoire Esthétique soutient en partie ce projet en participant à l’achat d’appareils de dermopigmentation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.