Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des bâtiments neufs adaptés à une psychiatrie moderne

Alors que les bâtiments flambant neufs du service de Psychopathologie de l'enfant et de l'adolescent accueillent tout juste les premiers patients, le CHU se prépare à ouvrir les nouveaux locaux de la Psychiatrie adultes le 17 novembre. Ces nouvelles installations implantées au Centre Hospitalier Universitaire de Saint-Etienne Nord constituent un des plus grands projets immobiliers en France pour la Psychiatrie.

Alors que les bâtiments flambant neufs du service de Psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent accueillent tout juste les premiers patients, le CHU se prépare à ouvrir les nouveaux locaux de la Psychiatrie adultes le 17 novembre. Ces nouvelles installations implantées au Centre Hospitalier Universitaire de Saint-Etienne Nord constituent un des plus grands projets immobiliers en France pour la Psychiatrie.

Le départ des services de Psychiatrie de l’Hôpital Saint-Jean-Bonnefonds pour leur installation dans des locaux entièrement neufs au CHU Saint-Etienne Nord vont contribuer à améliorer considérablement la qualité de la prise en charge des patients. Le site de Saint-Jean-Bonnefonds ne correspondait plus, en effet, à l’exercice d’une psychiatrie moderne, assurant une prise en charge globale des patients.

La remise à niveau des moyens de la psychiatrie stéphanoise, fortement sous-dotée au niveau régional, a été engagée depuis cinq ans. Elle doit se poursuivre durant les prochaines années, dans le cadre des orientations définies par le Schéma Régional d’Organisation Sanitaire.

Le service de Psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent
Ouvert le jour de la rentrée scolaire, ce service accueille des enfants, de la naissance à 17 ans, souffrant de difficultés psychopathologiques. Dirigé par le Dr Yves-claude Blanchon, chef du service, il regroupe comme auparavant :
– le jardin d’enfants thérapeutique (12 places en accueil de jour)
– l’unité de soins spécialisés à temps partiel (6 places de jour)
– l’unité médico-psychologique de jour pour adolescents (8 places).
– l’unité d’hospitalisation complète pour adolescents (6 lits)

Le service de Psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent est désormais situé à proximité immédiate du Pôle couple-mère-enfant.

Une implantation qui favorise l’insertion de la Psychiatrie dans l’hôpital général et une prise en charge globale des jeunes patients, à la fois somatique et psychologique.

Le rapprochement des services de Pédiatrie et de Psychopathologie, souhaité depuis des années par les équipes, permettra de renforcer le traitement des troubles associés et de développer le travail de liaison.

L’architecture des nouveaux locaux offrent de meilleures conditions de confort aux jeunes patients : chaque unité est bien individualisée et dispose de son propre terrain de jeux tout en étant rattachée à une unité centrale.

Fiche technique
Nombre de places : 26
Superficie : 1 673 m²
Coût global des travaux et équipement : 2 183 000 euros
Activités du service (structures hospitalières et extra-hospitalières) : plus de 1 500 enfants et adolescents suivis
Correspondant à environ 10 000 consultations par an

Le service de Psychiatrie adulte
Les nouveaux bâtiments offrent des conditions d’accueil et de confort adaptées pour les patients et pour le personnel. Le parti architectural permet de disposer d’unités à taille humaine, de meilleures conditions de sécurité et une meilleure qualité des soins.
C’est une évolution profonde de la prise en charge qui est ainsi réalisée à travers ce projet. Le patient psychiatrique est traité dans sa globalité, en considérant les aspects psychiques mais aussi somatiques. Une meilleure insertion de la psychiatrie dans l’ensemble hospitalier va dans l’intérêt même des malades. Elle permettra en retour une meilleure réponse aux besoins en matière de psychiatrie de liaison.

Ce projet dans toutes ses composantes, médicales, soignantes, sociales, architecturales? a été mené à bien avec l’implication active et constante des professionnels mobilisés tout au long de la démarche au service des patients.

Un projet médical pour la psychiatrie
Le CHU de Saint-Etienne met en oeuvre un projet médical qui se traduit par une grande diversification des modalités d’accueil et de prise en charge des patients en psychiatrie : psychiatrie de liaison, alternatives à l’hospitalisation, structures de prise en charge des addictions…

Les professionnels ont participé à la conception des locaux. Ils ont pensé les espaces en fonction des parcours de soins et des projets de vie.

La diversification des modes d’accueil permet de raisonner en filière de soins, intégrant les exigences liées à la resocialisation des patients.

Fiche technique
4 unités d’admission (4 X 20 lits)
2 unités de préparation à la sortie (2 X 20 lits)
Total : 120 lits
Superficie : 9 379 m²
Coût des travaux : 9 386 511 euros

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.