Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des cocons pour prématurés pour le service de néonatologie

L'union française du Club Soroptimist de Nantes a remis une vingtaine de cocons au professeur Jean-Christophe Rozé, chef du service de néonatologie du CHU de Nantes. Mis au point par les services de néonatalogie et du centre d'action médico-sociale précoce) de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, le cocon est un berceau spécialement étudié pour permettre aux nouveau-nés de retrouver une activité et une mobilité voisines de celles observées dans l'utérus maternel.

L’union française du Club Soroptimist de Nantes a remis une vingtaine de cocons au professeur Jean-Christophe Rozé, chef du service de néonatologie du CHU de Nantes. Mis au point par les services de néonatalogie et du centre d’action médico-sociale précoce) de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, le cocon est un berceau spécialement étudié pour permettre aux nouveau-nés de retrouver une activité et une mobilité voisines de celles observées dans l’utérus maternel.

Un cocon pour les nouveau-nés
In utero, le foetus est capable de toucher son visage ou de sucer son pouce, ce qui l’apaise. Or la naissance, surtout chez le grand prématuré, l’expose à un stress important. Des recherches ont montré que selon la posture, les bébés en soins intensifs n’avaient pas la même oxygénation, pas les mêmes risques durant le sommeil et pas les mêmes pathologies, en particulier pour celles liées au stress. Le cocon – en mousse – joue ainsi le rôle d’un « utérus de suite », qui s’adapte au tonus du bébé. Il est composé d’une partie supérieure plus étroite pour contenir la tête et d’une autre plus large pour le bassin. Un trépied garde également les genoux de l’enfant surélevés et l’empêche de pousser avec les pieds. Conçu en forme de nid, le cocon lui évite ainsi de se retrouver dans une posture mauvaise pour son développement moteur et psychique. Grâce à cette amélioration posturale, les résultats sur la santé et la psychologie du nouveau-né se font très vite sentir, les cocons permettant tout d’abord d’éviter l’aplatissement crânien lié au positionnement dorsal du nouveau-né.

Le bébé, ainsi rassemblé et contenu par les bords du nid, développe plus facilement une musculature dorsale et évite les positions asymétriques. Depuis de nombreuses années les puéricultrices ont appris à mieux positionner ces très petits bébés avec des moyens ad hoc. Ces cocons leur permettront de continuer à positionner ces enfants en facilitant leur travail.

Au sein de la maternité du CHU, le service néonatologie – d’une capacité de 60 lits – a reçu ces cocons le 10 mars 2009, après l’hôpital Necker enfants-malades de l’AP-HP de Paris et les CHU de Poitiers, Besançon, Rennes… grâce à l’association Soroptimist International.

Plus d’informations sur l’association : www.soroptimist.asso.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Un nouveau robot chirurgical au CHU de Poitiers

Le mois dernier, le CHU de Poitiers s’est doté du nouveau robot chirurgical Da Vinci X. Une technologie qui permet à plusieurs de ses services de multiplier le nombre d’opérations mais également de développer de nouvelles perspectives pour certaines spécialités.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.