Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des consultations pour préparer les vacances sportives

Trekking, plongée...les vacances d'été sont souvent l'occasion pour le grand public d'exercer des sports qu'il n'a pas l'habitude de pratiquer et pour lesquels il n'est pas toujours préparé. Les médecins du service d'explorations fonctionnelles physiologiques proposent des consultations pour évaluer les capacités physiologiques des futurs vacanciers et leur donner quelques conseils indispensables.

Trekking, plongée…les vacances d’été sont souvent l’occasion pour le grand public d’exercer des sports qu’il n’a pas l’habitude de pratiquer et pour lesquels il n’est pas toujours préparé. Les médecins du service d’explorations fonctionnelles physiologiques proposent des consultations pour évaluer les capacités physiologiques des futurs vacanciers et leur donner quelques conseils indispensables.

Depuis quelques années, il existe un essor des vacances «sportives» : marches en altitude, plongée, etc. Qui ne pratique pas régulièrement une activité physique ou n’est pas familier de ces sports court de vrais risques d’accidents graves voire mortels. Ces activités pratiquées en milieu sinon hostile, du moins inhabituel (manque d’oxygène, enchaînement de dénivelés, pression atmosphérique variable, variation thermique brutale) exigent une bonne préparation .

En fonction des sports envisagés et des personnes, des tests d’effort peuvent être effectués pour évaluer les fonctions métaboliques et cardiaques : VO2, examens ORL ou ventilatoires, électrocardiogrammes… Des consultations de spécialistes comme le dentiste avant de pratiquer la plongée sont aussi parfois nécessaires.

Le Dr Lemaire explique : « Les vacanciers font réviser leur voiture avant de prendre la route. Ils devraient porter autant d’attention à leurs corps. Il nous arrive régulièrement de freiner les ambitions de certaines personnes ou de les encourager à prévoir une pratique raisonnable : ne pas aller plus loin que le baptême de plongée, ne pas aller en randonnée au-dessus de certaines altitudes si leurs capacités ne leur permettent pas de le faire sans danger. » Le mal aigu des montagnes n’est pas détectable par un examen préalable, mais là aussi l’information prévaut : il est utile de connaître ses signes annonciateurs avant de partir pour agir en conséquence quand il se déclare. Les médecins du service conseillent d’ailleurs de laisser au corps le temps de s’adapter au nouvel environnement proposé.

L’effort des praticiens du service porte aussi sur l’information plus générale, diététique, hydratation, équipement, médicaments à prévoir, vaccins à réaliser : «les effets secondaires de certains médicaments (nausées, fatigue…) peuvent gâcher un voyage, alors qu’ils ne sont pas toujours nécessaires dans la partie du pays visité ou à la période où a lieu le séjour» précise le Dr Lemaire, par ailleurs membre de l’association de médecine des voyages.

Si une partie des personnes venant en consultation prend directement rendez-vous auprès du service situé sur l’hôpital Dupuytren, les médecins généralistes sensibilisent de plus en plus à ces risques et ont aussi l’habitude d’adresser leurs patients – notamment les plus âgés – à cette consultation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.