Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des urgences rénovées

Le CHU inaugure aujourd'hui des locaux rénovés, agrandis et dotés d'une nouvelle unité pour les urgences psychiatriques. Vitrine de l'établissement, ce service regroupe désormais cinq accueils spécifiques. En 2003, les 350 professionnels des urgences ont accueilli et soigné 65 637 enfants et adultes et hospitalisé plus d'un quart d'entre eux. Gros plan sur un service en pleine expansion.

Le CHU inaugure aujourd’hui des locaux rénovés, agrandis et dotés d’une nouvelle unité pour les urgences psychiatriques. Vitrine de l’établissement, ce service regroupe désormais cinq accueils spécifiques. En 2003, les 350 professionnels des urgences ont accueilli et soigné 65 637 enfants et adultes et hospitalisé plus d’un quart d’entre eux. Gros plan sur un service en pleine expansion.

Les cinq unités du service des urgences

L’Unité SAMU Centre 15 SMUR
Avec 285 136 appels, l’activité du Centre 15 a progressé de 10 % en 2003. La centralisation des appels concernant la permanence de soins est principalement à l’origine de cette augmentation.
L’activité SMUR sur les 3 sites départementaux de Montpellier, de Sète et de Béziers est de 12 500 interventions sur 2003. Plus des trois quarts sont assurés par le SMUR de Montpellier dont 852 par voie aérienne. Le Docteur Richard Dumont, médecin urgentiste est responsable de cette unité.

Les motifs d’engagement du SMUR sont, par ordre de fréquence décroissante :
– affections cardio-vasculaires,
– affections neurologiques : AVC, épilepsie,
– intoxication médicamenteuse volontaire,
– affections respiratoires : asthme, BPCO,
– atteintes traumatiques.

L’unité des Urgences Psychiatriques
La demande de consultation psychiatrique est en augmentation depuis plusieurs années et représente actuellement 1 patient sur 8 accueilli aux urgences. Dès 2002, pour faire face à cet afflux, le CHU a créé une unité spécifiquement dédiée à l’accueil des urgences psychiatriques. Composée de médecins psychiatres, l’équipe, dirigée par le Docteur Jean-Pierre Merel, évalue la détresse psychologique aiguë.
Les locaux regroupent 7 lits d’hospitalisation de courte durée et des bureaux de consultation. Cette plate-forme a permis de recevoir 5 279 patients dont 2 399 ont pu bénéficier d’une hospitalisation de courte durée.

Unité d’hospitalisation de courte durée
Les 22 lits qui viennent d’être ouverts ont d’emblée atteint un fonctionnement maximum. Ils permettent une diminution sensible des hospitalisations conventionnelles, notamment en Pédiatrie, palliant en partie l’engorgement des services d’hospitalisation du CHU. En 2003, l’unité ne comptait que 10 lits et accueillait déjà 2 876 patients (+ 20 %) pour une hospitalisation de moins de 24 h. Les patients nécessitant une observation de quelques heures peuvent y être directement admis dès leur arrivée aux urgences.
Traumatismes crâniens bénins et intoxications médicamenteuses volontaires restent les pathologies les plus couramment prises en charge dans cette unité coordonnée par le Docteur Jean-Marie Berthezene, médecin urgentiste.

L’unité d’Accueil des Urgences Pédiatriques
20 000 enfants par an sont vus aux urgences pédiatriques. L’unité réalise 35 % de l’activité globale du service. Son activité a augmenté de 4,12% en 2003 et de 5,6% sur les 8 dernières années. Ces statistiques sont à corréler avec la croissance démographique du bassin de Montpellier, notamment à sa composante infantile. Seulement 15 % des enfants accueillis sont hospitalisés.
Coordonnée par le Docteur Michel Rodière, pédiatre, l’unité assure une fonction de prévention et de dépistage. En effet, les enfants examinés pour une raison donnée peuvent souffrir d’autres pathologies. Quant aux victimes de maltraitance, elles ne sont pas repérés d’emblée. C’est parfois en voyant revenir un enfant que l’équipe fini par faire une enquête et découvre la maltraitance.

Depuis le 4 juin 2003, les Urgences Pédiatriques disposent d’une zone d’hospitalisation de courte durée de 5 lits, qui a admis 886 enfants au cours des 6 derniers mois de l’année 2003. Les motifs d’hospitalisation à l’Unité d’Hospitalisation de Courte Durée sont, par ordre décroissant : gastro-entérite, fièvre, pathologies respiratoires,…

L’unité d’urgences adultes
Le pourcentage élevé d’hospitalisations (> 28 %) témoigne d’un rôle de véritable « service porte » du CHU. L’équipe psychosociale du service du Docteur Martine Bisset, médecin urgentiste, permet d’optimiser la prise en charge globale des patients.

Les chiffres de la rénovation du service des urgences
Travaux : 3 424 300 euros
Investissements médicaux : 747 500 euros
Investissements non médicaux : 539 200 euros
Total 4 711 000 euros

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.