Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Deux bébés siamois bientôt opérés

Une équipe de chirurgiens de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille tentera en 2005 de séparer deux bébés siamois reliés par la base du dos. Une première en France ! « Aujourd'hui les deux bébés vont bien, nous pouvons donc envisager l'opération mais les équipes n'ont pas encore été constituées et aucune date n'est arrêtée» annonce le Dr Palix, chef du service de néonatologie de l'hôpital Nord, qui rappelle qu'en 2002 une équipe marseillaise avait opéré avec succès des siamois qui partageaient le même foie.

Une équipe de chirurgiens de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille tentera en 2005 de séparer deux bébés siamois reliés par la base du dos. Une première en France ! « Aujourd’hui les deux bébés vont bien, nous pouvons donc envisager l’opération mais les équipes n’ont pas encore été constituées et aucune date n’est arrêtée» annonce le Dr Palix, chef du service de néonatologie de l’hôpital Nord, qui rappelle qu’en 2002 une équipe marseillaise avait opéré avec succès des siamois qui partageaient le même foie.

Grands prématurés âgés de trois mois, les deux petits garçons partagent une partie de la moelle épinière. L’intervention sur cette partie du corps est particulièrement délicate, une erreur pouvant entraîner une paralysie des membres inférieurs. L’opération devrait durer environ 10 heures.

Les enfants siamois
Extrêmement rare, la conception d’enfants siamois concerne une grossesse sur 250 000. Dans la majorité des cas, ils sont reliés par le thorax, le sacrum, la région pelvienne et la tête, et exceptionnellement par la moelle épinière. Ces interventions difficiles ne permettent pas toujours de préserver la vie des deux enfants. Ainsi à Baltimore, une seule des soeurs allemandes de onze mois a survécu à la séparation. Deux petites guatémaltèques âgées de un an ont été séparées avec succès au Centre Hospitalier Universitaire de Los Angeles. Au Raffles Hospital de Singapour deux bébés sud-coréens de 4 mois réunis par le bassin et partageant la partie basse de la colonne vertébrale étaient séparés avec succès alors que quelques semaines auparavant deux soeurs siamoises iraniennes de 29 ans reliées par la tête décédaient des suites d’une hémorragie. En 2001 à l’Hôpital Necker, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, les chirurgiens réussissaient la séparation de deux soeurs siamoises reliées par le ventre et le thorax.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.