Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Diabète chez l’enfant : un système qui change la vie

Le département de pédiatrie médicale du Pr Eric Mallet vient d'installer une pompe à insuline miniaturisée à laquelle s'ajoute un capteur de glycémie qui en mesure le taux en continu. Ce couplage tout à fait innovant dans le traitement du diabète chez l'enfant, permet une adaptation instantanée du traitement.

Le département de pédiatrie médicale du Pr Eric Mallet vient d’installer une pompe à insuline miniaturisée à laquelle s’ajoute un capteur de glycémie qui en mesure le taux en continu. Ce couplage tout à fait innovant dans le traitement du diabète chez l’enfant, permet une adaptation instantanée du traitement.

Pionnière il y a une vingtaine d’années dans l’utilisation des pompes à insuline chez l’enfant, le Dr Wieliczko, diabétologue au CHU de Rouen, vient de poser son deuxième système Guardian chez Alicia, une petite fille de 4 ans. Ce système transmet par radiofréquences le taux de glycémie de l’enfant toutes les 5 minutes. Cela permet un dosage constant du débit d’insuline à infuser. Le diabète de l’enfant étant particulièrement instable, cette mesure fréquente évite à l’enfant 8 piqûres au bout des doigts et 4 injections d’insuline par jour ! Cela représente une réelle amélioration dans le confort de vie des enfants et des parents.

Alicia dispose d’un petit sac à dos dans lequel est rangé sa pompe à insuline. Un cathéter lui infuse 24h/24 de l’insuline sans qu’elle y pense ou presque… La facilité totale sécurité d’utilisation de ce nouveau système a permis à la petite Alicia de retourner à l’école et même, sans angoisse, à la cantine !

Si les pompes à insuline sont aujourd’hui totalement remboursées par la Sécurité sociale, l’achat du système Guardian lui ne l’est pas. Le CHU de Rouen s’est doté d’un tel système grâce à un don de l’Association Charles-Nicolle.

L’Association Charles-Nicolle, reconnue d’utilité publique, a reçu une somme provenant de l’opération « Les jardins du coeur ». Chaque année, des particuliers ouvrent leurs magnifiques jardins au grand public et le fruit des visites est entièrement reversé pour soutenir des projets identifiés par le comité scientifique de l’Association Charles-Nicolle. En 2006, la somme récoltée a servi à l’achat de 3 systèmes Guardian, pour le CHU de Rouen mais aussi pour les centres hospitaliers d’Evreux et d’Elbeuf », explique le Pr Mallet, Chef du département de pédiatrie médicale au CHU de Rouen et Président de l’Association Charles-Nicolle.

D’un point de vue technique…
Le système se compose d’un transmetteur, qui fonctionne à pile, qui envoi a un moniteur des informations recueillies par un capteur de glucose. Ce capteur est stérile, se conserve au réfrigérateur et se remplace après trois jours d’utilisation.
Le capteur de glucose est inséré en sous-cutané. Le transmetteur fixé sur la peau est connecté au capteur. Il reçoit et traite les signaux émis par le capteur avant de les envoyer vers le moniteur par
radiofréquence, toutes les 5 minutes environ. Le moniteur enregistre ces informations, les traite pour fournir des valeurs de glycémie et déclencher des alertes en cas d’hypo- ou d’hyperglycémie.
Les informations enregistrées dans le moniteur peuvent également être téléchargées, à des fins d’analyse, sur un ordinateur.
Le GUARDIAN nécessite un étalonnage au moins 2 fois par jour en saisissant dans le moniteur des valeurs de glycémie capillaires. Les alertes de glycémie (hautes et basses) sont définies par le médecin.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”