Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Douleur : ouverture d’une consultation pour les personnes en situation de précarité

Familles monoparentales, adultes sans activité, adolescents en difficultés sociales, retraités avec des petites pensions, travailleurs pauvres, migrants… les personnes en situation de précarité sont les plus nombreuses à renoncer aux soins. Un phénomène qui touche tout particulièrement le Gard. Pour pallier cette inégalité d'accès, une consultation d’évaluation et de traitement de la douleur chronique (CETD) vient d'être ouverte par le CHU de Nîmes, en partenariat avec la Croix-Rouge Française.
Familles monoparentales, adultes sans activité, adolescents en difficultés sociales, retraités avec des petites pensions, travailleurs pauvres, migrants… les personnes en situation de précarité sont les plus nombreuses à renoncer aux soins. Un phénomène qui touche tout particulièrement le Gard. Pour pallier cette inégalité d’accès, une consultation d’évaluation et de traitement de la douleur chronique (CETD) vient d’être ouverte par le CHU de Nîmes, en partenariat avec la Croix-Rouge Française. 
« Dans un contexte où 20 % de la population souffre de douleurs chroniques*, il nous semblait important de rendre notre expertise accessible à tous » indique le Pr Éric Viel, chef de service du CETD du CHU de Nîmes et fer de lance du projet. « Il s’agit pour l’instant d’une consultation mensuelle où quatre praticiens interviennent tour à tour. Cette fréquence pourra être accrue si nécessaire» poursuit-il. 
Tous les acteurs mobilisés
Plusieurs acteurs du domaine médico-social et institutionnel ont pris part au projet dès sa génèse. Les discussions ont commencé avec la Croix-Rouge, et son antenne de Premier Accueil Social Médicalisé qui propose aux plus démunis un accès aux soins et à la santé au travers des consultations de médecine générale ou spécialisée assurées par des médecins bénévoles. Les échanges se sont poursuivis avec la CPAM, le Département, la Ville, la Métropole et l’ARS. Les praticiens en contact avec les populations fragilisées pourront orienter leurs patients vers un spécialiste du CHU de Nîmes via un numéro dédié. La PASS du CHU de Nîmes a également été associée, elle assistera ces patients dans l’ouverture de leurs droits à l’assurance maladie et aux complémentaires santé (AME, CMUc, ACS…). 
Dans un deuxième temps, les autres organisations non gouvernementales ou encore les associations de terrain qui jouent un rôle essentiel dans le repérage et l’identification des personnes en détresse seront aussi sollicitées. 
Enfin, une information grand public et à destination des médecins de ville sera très prochainement diffusée.
Cette initiative renvoie aux récentes préconisations de l’Académie de Médecine qui vient de rappeler combien la situation sanitaire des personnes précaires est de plus en plus préoccupante. Elle fait également écho aux propos du Président de la République qui a insisté sur la nécessité des coopérations entre toutes les structures, notamment publiques, associatives et citoyennes.
« J’espère que cette initiative sera reprise dans d’autres régions voire d’autres spécialités médicales. Les CHU sont capables de réaliser des prouesses techniques dans bien des domaines, mais n’en oublient pas pour autant les principes fondateurs de l’hospitalisation et notamment : « ne laisser personne au bord de la route » conclut le Pr Viel. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.