Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Douleurs : Que proposer aux migraineux en 2011 ?

Au CHU de Bordeaux, la réponse sera apportée le 8 novembre par les équipes du Centre Douleur Chronique qui interviendront, en partenariat avec la médecine du travail, lors de conférences et ateliers organisées dans le cadre de la 6ème journée mondiale de la douleur. A cette occasion le CHU met en lumière les prises en charge sur mesure de son centre de douleur chronique qui accueille chaque année 500 nouveaux migraineux.

Au CHU de Bordeaux, la réponse sera apportée le 8 novembre par les équipes du Centre Douleur Chronique qui interviendront, en partenariat avec la médecine du travail, lors de conférences et ateliers organisées dans le cadre de la 6ème journée mondiale de la douleur. Ces actions sont destinées aux personnels du CHU de Bordeaux en leur qualité de patients potentiels, mais aussi de soignants. Au programme : exposés sur les migraines des adultes et enfants par les docteurs Virginie Dousset, neurologue et Dr Sylvie Laborde pédiatre et ateliers de relaxation, d’éducation thérapeutique et de massages.  A cette occasion le CHU met en lumière les prises en charge sur mesure de son centre de douleur chronique qui accueille chaque année 500 nouveaux migraineux.
Seule structure spécialisée de la région Aquitaine, le Centre Douleur Chronique du CHU de Bordeaux, assure toutes les missions d’une consultation douleur, notamment : l’évaluation biopsychosociale du syndrome douloureux chronique, l’évaluation d’un projet thérapeutique, l’optimisation de l’information aux autres professionnels de santé. Le centre réunit en une unité de lieu des professionnels de santé assurant une pluridisciplinarité (neurologie, rhumatologie, psychiatrie, médecine interne, oncologie, soins palliatifs…), notamment pour la prise en charge des céphalées : infirmières formées à l’éducation thérapeutique, psychiatre, psychologues, kinésithérapeutes.

Comment soigner sa migraine ?

Au Centre Douleur Chronique, la prise en charge est le plus souvent réalisée en consultations externes, cependant une hospitalisation d’emblée peut être proposée aux patients présentant les affections les plus sévères en terme d’intensité ou de retentissement, notamment socioprofessionnel. Au terme de cette évaluation pluridisciplinaire, qu’elle soit externe ou réalisée lors d’une hospitalisation, les stratégies thérapeutiques sont choisies en alliance avec le patient :
– arrêt de la crise avec des moyens médicamenteux ou non.
– diminution de la fréquence des crises par un traitement de fond qui peut être pris quotidiennement
–  D’autres approches non médicamenteuses sont également possibles comme la relaxation ou l’hypnose… Ces deux médiateurs permettent de réduire l’intensité de la crise et d’agir sur les causes de la douleur , qu’il s’agisse d’une migraine ou de céphalées de tension.
la relaxation, dont le principe de base est la respiration entraîne une diminution des tensions psycho-corporelles et donc une détente, ou bien l’hypnose, qui est un état de conscience particulier suscitant un processus de changement. Ces deux outils permettront au sujet de retrouver l’accès à ses ressources et ainsi de mieux vivre.
En cas d’absence d’efficacité des moyens précités, il faut penser à rechercher des facteurs hormonaux, une surconsommation de traitements de crise qui chronicise la migraine et également des facteurs émotionnels.
 
Au CHU, 500 nouveaux migraineux sont vus en consultation sur une année, 60 % ont des céphalées par abus médicamenteux.
 
Actuellement, les travaux de recherche sont centrés sur les céphalées par abus médicamenteux, essayant d’améliorer les modalités de leur prise en charge et de comprendre les mécanismes à l’origine de leur développement.

La migraine

Affection multifactorielle, la migraine touche 17 % de la population générale, avec une prépondérance féminine. Les médecins utilisent le mot céphalée pour désigner toute douleur de la tête. Les patients utilisent souvent l’expression mal ou maux de tête pour des douleurs "en général" de la tête, sans préjuger d’un diagnostic précis.
Or, pour différencier migraine et "maux de tête", il faut rechercher les caractéristiques évocatrices d’une migraine : dans ce cas, la douleur est à type de battements, elle s’accompagne de nausées, voire de vomissements. La douleur est déclenchée ou aggravée par la luminosité, les bruits, les efforts. Les crises durent de 4 à 72 h.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.