Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Escale Africaine au CHU

Léopold Sédar Senghor et Per-jakez Hélias croisent leurs regards au CHU. Durant le mois de mars patients, visiteurs et personnels sont invités à découvrir photos et masques africains... Un parcours commenté sur fond de musique traditionnelle. L'exposition « Regards Croisés » se déroule dans le cadre de la Semaine Africaine. Elle a été mise en place par la Fédération d'Initiatives Panafricaines.

Léopold Sédar Senghor et Per-jakez Hélias croisent leurs regards au CHU. Durant le mois de mars patients, visiteurs et personnels sont invités à découvrir photos et masques africains… Un parcours commenté sur fond de musique traditionnelle. L’exposition « Regards Croisés » se déroule dans le cadre de la Semaine Africaine. Elle a été mise en place par la Fédération d’Initiatives Panafricaines.

Chantre de la Négritude et défenseur de la Francophonie, Léopold Sédar Senghor incarne à la fois l’homme politique, le poète, l’écrivain, le premier président du Sénégal et l’Académicien de la langue française.
Né à Joal en 1906, il se rendra à Paris en 1928 et se liera d’amitié avec Damas et Césaire avec lesquels il établit les fondements de la Négritude (reconnaissance du fait d’être noir et l’acceptation de ce fait, de son histoire et de sa culture).

En 1935, il devient le premier agrégé africain et débute sa carrière de professeur de lettres avant de partir au combat pour la France pendant la seconde guerre mondiale. De retour en Afrique, il sera élu secrétaire d’état à la présidence du conseil en 1955 avant de devenir le premier président du Sénégal de 1960 à 1980. Il continue à mener ses activités littéraires en parallèle, affirmant l’identité africaine qu’il défend avec vigueur. Son oeuvre s’attachera ainsi à réhabiliter les valeurs culturelles africaines à travers les rythmes issus des traditions orales africaines.
En 1983, sa carrière littéraire sera consacrée par son élection à l’Académie française. Il mènera alors un combat culturel permanent, favorisant le dialogue des cultures et s’attachant à montrer leur fraternité

Ecrivain, poète, folkloriste, collecteur de contes en breton, homme de théâtre et de radio, en langues bretonne et française, Per-jakez Hélias est né au sein d’une famille d’ouvriers exclusivement bretonnants. Il apprendra le français à l’école et se prendra d’affection pour cette langue, sans renier sa langue maternelle. Professeur de lettres classiques de 1946 à sa retraite en 1975, il participera aux émissions de radio et aux émissions télévisées en langue bretonne. Il publiera également une rubrique hebdomadaire dans le journal La Bretagne à Paris et le Ouest France. Célèbre auteur de poésies et de l’ouvrage Le Cheval d’Orgueil adapté au cinéma par Claude Chabrol, il sera décoré de l’Ordre de l’Hermine en 1991.

En août et septembre 1958, il est chargé par la ligue d’enseignement de diriger un stage de culture populaire et des techniques artistiques pour des enseignants africains, désireux de faire de l’animation culturelle dans leurs établissements. Il parcourra ainsi la Mauritanie, le Soudan, Le Niger, le Sénégal, le Mali, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, qui lui rendra hommage en 1996.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”