Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Etre infirmière dans les années 40 : un sacerdoce

Dans les années 40, on entrait dans la profession d'infirmière comme on entrait en religion. Cette vocation était si forte qu'elle demeure figée sur des emblèmes de promotion d'écoles d'infirmières et dans des recueils de baptême de promotion. Leurs formules édifiantes en disent long sur l'abnégation requise. Précieuses pièces du patrimoine hospitalier, elles ont été restaurées par le lycée des métiers d'art d'Auray...

Dans les années 40, on entrait dans la profession d’infirmière comme on entrait en religion. Cette vocation était si forte qu’elle demeure figée sur des emblèmes de promotion d’écoles d’infirmières et dans des recueils de baptême de promotion. Leurs formules édifiantes en disent long sur l’abnégation requise. Précieuses pièces du patrimoine hospitalier, elles ont été restaurées par le lycée des métiers d’art d’Auray…

Chaque promotion avait un emblème qui racontait au rythme des devises patriotiques l’attachement, la générosité, le dévouement.
Après toutes ces longues années, les tableaux sur lesquels se succédaient les visages des grands hommes avaient perdu de leur éclat ne laissant à certains que des couleurs salies et un lettrage orphelin de quelques caractères.

14 élèves en cours de graphisme décorateur se sont attelés pendant plus d’un an à redonner vie à ces oeuvres. Ainsi, Saint Ex se détache à nouveau du fond bleu nuit. Plus fier que jamais Leclerc se dresse sur son char dans la lumière d’un ciel parisien et Lyautey domine pour l’éternité l’immensité du désert.

Les 15 panneaux ont retrouvé place le 5 février 2008 dans le bâtiment des instituts de formation.

Le recueil de baptême de promotion interpelait les futures infirmières sur l’accomplissement de leur mission et le respect de leurs obligations. Il comportait également un chant qu’entonnaient les jeunes élèves lors de la cérémonie solennelle du baptême de promotion. Ainsi, la promotion 1946-1948 Marie Antoinette Colas des Francs reprenait en choeur ce chant de louange aux douces infirmières :

Infirmière qui chemine
dans la peine et la douleur
calme, apaise, illumine
ceux qui souffrent et ceux qui pleurent

Et parfois, malgré la peine
Le travail, le dur labeur
Garde le sourire quand même
Et donne toi de tout ton coeur

Nous avons pris pour modèle
Une aînée, une vraie française
Et sa devise est si belle
« savoir sourire » même déplaise

Refrain
Sourire, telle est notre devise
Sourire, il faut savoir sourire

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.