Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Exercice d’évacuation incendie

Les équipes sécurité-incendie du CHU de Limoges et le SDIS de la Haute-Vienne viennent de terminer un exercice d'évacuation incendie sur l'hôpital Dupuytren. L'occasion de répéter in situ les procédures et actions en cas de sinistre.

Les équipes sécurité-incendie du CHU de Limoges et le SDIS de la Haute-Vienne viennent de terminer un exercice d’évacuation incendie sur l’hôpital Dupuytren. L’occasion de répéter in situ les procédures et actions en cas de sinistre.

Le mercredi 11 avril à 7h30, les agents du service de sécurité incendie de l’hôpital Dupuytren et 4 personnels soignants répètent leurs rôles. Un générateur de fumée a été déclenché sur une aile du 8ème étage (actuellement en travaux) du bâtiment, et donne lieu à un exercice grandeur nature d’évacuation des lits .

8h30 les cris simulés d’un patient appelant « au feu » donnent l’alerte, précédant de 2 minutes le détecteur de fumée qui déclenche automatiquement les systèmes anti-incendie : portes coupe-feu, clapets coupe-feu dans les gaines de ventilation, verrouillage des ascenseurs desservant l’étage en feu (afin d’éviter que des patients ou visiteurs ne se rendent sur la zone)….
Les personnels soignants sortent le lit du patient de sa chambre, saisissent l’extincteur et préviennent immédiatement le service de sécurité incendie du CHU qui donne lui-même l’alerte au SDIS.

Quelques minutes après les agents de sécurité incendie sont sur place et procèdent aux premières manoeuvres pour protéger les personnes hospitalisées sur la zone et sécuriser les salles et chambres à proximité.

8h36, une dizaine de véhicules de pompiers arrivent et se déploient devant l’hôpital.
Le temps de prendre connaissance auprès du poste de sécurité des informations nécessaires à l’intervention (lieu exact de départ du feu, éventuels travaux en cours pouvant gêner l’accès ou l’évacuation…) et les pompiers harnachés de la tête aux pieds partent dans les escaliers.

Chaque personnel du SDIS et de la sécurité incendie du CHU connaît et applique son rôle : les pompiers font le tour des chambres sur la zone où l’incendie est déclaré, s’avisent des personnes à évacuer, déploient les lances incendies et les branchent sur les colonnes d’arrivée d’eau, les équipes du CHU débranchent les arrivées de fluides médicaux, aident les pompiers à se repérer et à intervenir… les systèmes d’évacuation de fumées et les fenêtres ouvertes permettent aussi de faciliter la visibilité et la respiration dans un espace jusqu’alors inaccessible sans les tenues et équipements dédiés.

10h00, l’exercice touche à sa fin. Les pompiers sont en nage et scrutent les stylos des observateurs de l’exercice qui finissent d’apposer notes et croix sur leurs calepins : le débriefing va pouvoir commencer. Un premier retour prochainement aidé par les films et photos pris tout au long de l’intervention.

5 ans après la dernière opération de ce type, les observateurs ont souligné la très bonne réactivité et la qualité des interventions des personnels soignants, de l’équipe sécurité incendie du CHU, et du « stationnaire » (personne gérant les communications entre les services de secours, et l’ensemble des acteurs intervenant au sein du CHU).

Une communication en amont auprès des services et des patients (affiches sur l’hôpital Dupuytren, informations sur les sites internet et intranet, notes de services, e-mailing, information presse…) a aussi permis de pratiquer cet exercice sans perturber l’activité des services et sans affoler les visiteurs ou consultants sur place au moment de l’intervention.

Le bon déroulement de cet exercice salué par les remarques des observateurs présents récompense le travail de l’ensemble de l’équipe sécurité incendie (55 agents) du CHU qui réalise 56000 vérifications par an sur des matériels, et organise prévention et formation auprès des personnels et prestataires intervenant sur les 5 hôpitaux du CHU de Limoges.

Une équipe placée sous la responsabilité de la direction des travaux du CHU qui rappelle que l’établissement a engagé des travaux pour installer un système de désenfumage encore plus performant ; un investissement d’un montant de 12 M d’euros sur 5 ans.

Philippe Couturier – Directeur des travaux et du système d’information : 05 55 05 55 55

Christophe Bouyssou, Responsable sécurité incendie : 05 55 05 55 55

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”