Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Futur centre neuro-cardio-vasculaire de Poitiers : lancement des travaux

La première pierre du futur centre neuro-cardio-vasculaire a été posée le 12 décembre 2013. Cette nouvelle construction participe à la cohérence architecturale de l'ensemble du CHU qui vise à rassembler toutes les activités de court séjour autour du site principal de Jean-Bernard.

La première pierre du futur centre neuro-cardio-vasculaire a été posée le 12 décembre 2013. Cette nouvelle construction participe à la cohérence architecturale de l’ensemble du CHU qui vise à rassembler toutes les activités de court séjour autour du site principal de Jean-Bernard.
Ce bâtiment-satellite de 25 000 m2 sur 4 niveaux abritera les urgences neuro-cardio-vasculaires, le plateau d’exploration en imagerie et 125 lits d’hospitalisation ; un plus pour la filière neuro-cardio-vasculaire puisque toutes les expertises et moyens techniques seront réunies afin de dispenser les meilleurs soins possibles aux personnes souffrant d’insuffisance cardiaque, de maladies coronariennes et aux victimes d’accidents vasculaires cérébraux… Ce nouveau site hautement spécialisé confortera le CHU de Poitiers dans son rôle de recours et d’expertise pour les établissements de santé et professionnels de Poitou-Charentes. La fin des travaux est programmée pour 2016 – coût total de l’opération : 65,6 M€.
Les atouts du nouveau site : une organisation plus rationnelle qui prévoit l’installation d’un plateau d’explorations en imagerie comportant scanner, IRM et échographie doppler, à proximité de l’unité de soins intensifs de cardiologie et de l’unité neuro-vasculaire des urgences ;
Les réanimations regroupées en un même lieu verront leur capacité portée à 60 lits. Elles seront porches de l’unité de soins continus qui a ouvert dans le satellite de Jean-Bernard en 2012. Quant aux blocs, dotés des dernières avancées en robotique et imagerie, ils seront implantés autour de la salle de soins post-interventionnelle, près de la stérilisation centrale.
Le centre neuro-cardio-vasculaire réservera ses capacités d’accueil aux patients nécessitant des soins d’urgence et intensifs. Ainsi, sur les 60 lits d’hospitalisation traditionnelle de cardiologie, 30 trouveront leur place dans ce satellite et 30 seront intégrés dans Jean-Bernard. Les 12 lits de chirurgie cardio-thoracique et les 16 lits de soins intensifs de cardiologie seront installés dans le centre neuro-cardio-vasculaire. Les 17 lits de chirurgie vasculaire et les 20 lits dédiés à la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux quitteront Jean- Bernard pour rejoindre ce nouveau bâtiment qui comportera également des places d’hospitalisation de jour. 30 lits seront dédiés à la réanimation spécialisée en chirurgie cardio-thoracique et en neurochirurgie.
Caractéristiques architecturales
L’agence Behrend-Centdegrés Architectures associée à TLR architecture & associés a été retenue en juin 2011 pour la maîtrise d’œuvre. Son expérience dans le domaine hospitalier lui a permis de concevoir un bâtiment répondant aux attentes du CHU de Poitiers, accolé au satellite Jean-Bernard pour ne faire qu’un seul et même bâtiment. Cette architecture permettra une meilleure fonctionnalité et une meilleure gestion des flux entre les deux bâtiments.
Les matériaux et les équipements techniques qui seront utilisés dans la construction du centre neuro-cardio-vasculaire, répondent à la réglementation thermique de 2005 (RT2005) en terme de performance énergétique.
Le centre neuro-cardio-vasculaire : données repères
– Superficie : 25 000 m²
– 125 lits d’hospitalisation
– 12 lits de chirurgie cardio-thoracique,16 lits de soins intensifs de cardiologie, 17 lits de chirurgie vasculaire, 20 lits dédiés à la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux, 30 lits de réanimation spécialisée en chirurgie cardio-thoracique et en neurochirurgie et 30 lits d’hospitalisation traditionnelle.
– Plateau technique dédié avec IRM et échographie doppler…
– Le coût prévisionnel des travaux s’élève à 53 700 000 € TTC hors provision, aléas et suggestions (coût total opération :  65 645 000 M€).
Calendrier 2009-2016
2009 avril : Lancement des études de programmation
2010 – 18 octobre : Lancement du concours de maîtrise d’œuvre
2011 – 17 juin : Choix du lauréat (agence Behrend Architecture associée à TLR architecture & associés)
2012 – 9 juillet : Validation de l’avant-projet définitif
2012 – 19 septembre : Arrêté du permis de construire
2013 – 7 janvier : Lancement des consultations des entreprises
2013 avril – mai : Déconstruction de la maison des familles
2013 – 3 juin : Réunion de démarrage des travaux pour un délai global de 44 mois
2013-12 décembre François-Emmanuel Blanc, directeur de l’Agence régionale de santé Poitou-Charentes, Alain Claeys, président du conseil de surveillance, Jean-Pierre Dewitte, directeur général du CHU de Poitiers, et le professeur Pierre Corbi, chef du pôle cœur-poumons-vasculaire, ont procédé à la pose de la première pierre du centre neuro-cardio-vasculaire, en présence des représentants des autorités de tutelle et de professionnels de santé.
2016 – mai : Réception du bâtiment neuf neuro-cardio-vasculaire
2016 – déc : Réception du bâtiment neuro-cardio-vasculaire et des réhabilitations existantes : satellite Jean-Bernard.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.