Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Grenoble désigné pour créer un centre de réception des appels pour les personnes sourdes

Les 4 et 5 novembre 2010, le comité interministériel du handicap et le comité de pilotage national du centre national de relais des appels d'urgence (CNR) pour les personnes déficientes auditives ont désigné officiellement le CHU de Grenoble maître d'oeuvre du futur centre de réception des appels pour les personnes sourdes. Une étape importante dans l'esprit de la loi de 2005 portant sur l'accessibilité des services de l'état à tous les citoyens vient d'être franchie.

Les 4 et 5 novembre 2010, le comité interministériel du handicap et le comité de pilotage national du centre national de relais des appels d’urgence (CNR) pour les personnes déficientes auditives ont désigné officiellement le CHU de Grenoble maître d’oeuvre du futur centre de réception des appels pour les personnes sourdes. Une étape importante dans l’esprit de la loi de 2005 portant sur l’accessibilité des services de l’état à tous les citoyens vient d’être franchie.

Ce projet rassemble les associations (Unisda, Bucodes, Afidéo, ARDDS38, MNSF, FNSF), les Directions de l’offre de Soin (santé), de la Police, de la Gendarmerie, de la Sécurité Civile (Pompiers), l’association Urgence et Samu de France, des acteurs de centres de relais Visio, le SAMU38, les unités d’accueil en langue des sourds de Marseille, Toulouse et Grenoble, la Fédération Française des Télécoms et L’ARCEP.

La société Capgemini née à Grenoble accompagne l’ensemble des acteurs pour cette phase de conception.

La mise en place, il y a quelques années au CHU de Grenoble, d’une unité d’accueil en langue des sourds et la participation actuelle à un projet de recherche européen d’accessibilité (REACH 112) ont conduit tout naturellement à la désignation de cet Hôpital par l’Etat.

Un besoin vital, une attente forte, une ambition
La population sourde et malentendante ne peut pas, à quelques exceptions près, contacter directement les services d’urgence, cette situation a donné lieu à des drames humains. L’attente est forte pour qu’enfin une solution appropriée soit apportée.

Le calendrier est très ambitieux, il consiste à mettre en place en 2011 une première étape proposant un accès par Fax et SMS. Une seconde étape est prévue pour la mise à disposition de moyens plus modernes tels que la visiophonie, les smartphones (iPhone) ou l’accès par internet. Le service mis en place en France disposera d’une longueur d’avance sur les autres pays d’Europe.

Renseignements et informations
Dr Benoît Mongourdin
Unité d’Accueil et de Soins en Langue des Signes
Tél. 04 76 76 50 41
BMongourdin@chu-grenoble.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.