Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Handicap moteur : les 10 ans du service de rééducation et de réadaptation pédiatrique

Depuis 2005 le service de Médecine Physique et de Réadaptation (MPR) pédiatrique du CHU de Saint-Etienne accueille en rez-de-chaussée des enfants et adolescents de 5 à 18 ans souffrant de paralysie cérébrale, de maladies neuromusculaires, de malformations, de traumatismes crâniens suite à des accidents de la voie publique et/ou de sport. Chacun d’eux suit un programme personnalisé de soins pluridisciplinaires,

Depuis 2005 le service de Médecine Physique et de Réadaptation (MPR) pédiatrique du CHU de Saint-Etienne accueille en rez-de-chaussée des enfants et adolescents de 5 à 18 ans souffrant de paralysie cérébrale, de maladies neuromusculaires, de malformations, de traumatismes crâniens suite à des accidents de la voie publique et/ou de sport.  Chacun d’eux suit un programme personnalisé de soins pluridisciplinaires favorisant son autonomie et un retour à une vie la plus normale possible. A la disposition des 800 jeunes qui fréquentent le service sur l’année, toute une palette d’activités et des services d’hospitalisation traditionnelle et ambulatoire. 
Prendre soin des jeunes en situation de handicap physique
Un service d’hospitalisation complète de 10 lits accueille les jeunes patients sont admis après près un séjour en Pédiatrie ou en Chirurgie pédiatrique à la suite d’une intervention, d’un accident ou d’une maladie invalidante
Un hôpital de jour de 2 places est réservé à la réalisation de bilans pluridisciplinaires et des soins spécifiques comme des injections de toxine botulinique ou un appareillage.
Des consultations externes sont également proposées pour évaluer les troubles du développement moteur, de la marche, de la préhension et de la coordination…
Des consultations pluridisciplinaires sont organisées dans le cadre de l’hôpital de jour, pour certaines situations complexes de paralysie cérébrale, myopathies, spina bifida, polyhandicap. Elles permettent la confrontation de plusieurs avis de spécialistes et préparent à la transition enfant/adulte.
Egalement à leur disposition le plateau de rééducation orthopédique et neurologique et son matériel adapté à chaque âge et aux déficiences ou handicaps.
La balnéothérapie avec plate-forme pour ajuster les niveaux d’immersion.
Le plateau d’ergothérapie dédié à la rééducation, l’entrainement aux gestes de la vie quotidienne (toilette, habillage, repas) comprend un appartement de simulation thérapeutique. Les enfants peuvent également profiter du jardin thérapeutique avec un parcours de marche et un mur d’escalade. Enfin le gymnase offre un espace pour s’orienter vers de nouvelles activités sportives.
Des espaces spécialisés complètent l’offre
L’orthophonie pour rééduquer le langage, la communication et la déglutition.
La psychomotricité afin de faciliter la réappropriation du schéma corporel, l’organisation spatio temporelle et le développement psychomoteur.
Enfin l’atelier d’appareillage permet à l’orthoprothésiste, aux ergothérapeutes et aux rééducateurs orthopédiques de proposer sur place un appareillage adapté aux troubles des jeunes patients.
La rééducation comporte aussi d’autres activités comme le BAO PAO (expliquer le sigle – instrument de musique électronique), les ateliers cuisine, la sophrologie, les mises en situations extérieures, les soins sensiro-moteurs…
Le service traite aussi leurs douleurs chroniques et les suites de chirurgie, de réanimation ou de cancer.
Dans cette unité, un soin particulier a été apporté à l’accessibilité et à l’aménagement du service afin d’en faire un lieu de vie, les enfants étant parfois hospitalisés pendant plusieurs mois. 
Le CHU de Saint-Etienne est le seul établissement de santé de la Loire à disposer d’un service de rééducation pédiatrique. A ce titre, le service coordonne l’activité de Médecine Physique et de Réadaptation pédiatrique dans le secteur Loire-Drôme-Ardèche. Il  héberge la coordination du centre national de référence de l’AVC de l’enfant et adhère au réseau régional de rééducation et de réadaptation pédiatrique Rhône-Alpes R4P.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.