Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

HCL : une série vidéo destinée aux patients du cancer digestif 

Le mois dernier, les Hospices Civils de Lyon ont publié une série vidéo destinée aux patients atteints d’un cancer digestif, afin d’expliquer en toute transparence le parcours de soins mis en place à l’hôpital Lyon Sud. Une initiative qui se veut rassurante pour les personnes atteintes.

« La première consultation est un moment très important pour vous et votre médecin. Vous allez revenir sur vos antécédents médicaux, votre mode de vie, votre entourage mais aussi sur les circonstances qui ont amené à porter le diagnostic du cancer. » C’est comme cela que débute la série de vidéos réalisée par le service d’Hépato-Gastro-Entérologie et Assistance Nutritionnelle des Hospices Civils de Lyon (HCL) mettant en lumière les différentes prises en charge possibles lorsque l’on est atteint d’un cancer digestif (oesophage, estomac, intestin grêle, côlon, rectum, anus ou encore foie et pancréas). Grâce à ce support, auquel ont de plus en plus recours les CHU, les professionnels de santé peuvent apporter des informations claires aux patients tout en les sécurisant sur le parcours de soins à venir. Un parcours qui peut souvent sembler obscur. 

Dans les six pastilles vidéos, la mécanique est la même : un médecin prend la parole afin d’expliquer les différentes étapes de la prise en charge, allant jusqu’à décrire certaines interventions, – comme la coloscopie -, afin que le patient puisse savoir, à l’avance, à quoi s’attendre. 

Ce cancer, qui peut donc se développer tout au long du tube digestif, se manifeste par divers symptômes comme la présence de sang dans les selles, une grande fatigue inexpliquée, des nausées, des vomissements, une perte de poids inexpliquée, etc. 

A l’hôpital Lyon Sud, une prise en charge millimétrée 

Suivant l’annonce du diagnostic et du stade d’avancement de la maladie, le patient rencontre dans un premier temps un médecin gastro-entérologue et oncologue digestif, qui sera son médecin référent tout au long du parcours. Lors d’une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP), les différentes options sont alors discutées. Le compte-rendu de l’échange est par la suite porté à l’attention du patient, avec ce que l’on appelle le bilan pré-thérapeutique. Afin de bien comprendre les spécificités de la tumeur, le patient peut être soumis à des examens complémentaires comme une échographie, un IRM, un pet scanner, une biopsie etc. L’équipe médicale accompagne alors le patient vers la suite du parcours, à savoir les traitements intraveineux, les différentes ordonnances, les cures de chimiothérapie intraveineuse et enfin les examens d’imagerie de suivi. 

Le CHU lyonnais ne s’arrête cependant pas là. Comme on peut le voir dans la suite de la série, d’autres interventions y sont décrites et expliquées. Dans les sujets proposés, on trouve notamment la coloscopie sous anesthésie générale ou hypnose, examen non chirurgical permettant de filmer la paroi du côlon en passant par l’anus. Un passage obligé après le diagnostic d’un cancer digestif. D’autres thèmes encore sont adoptés, comme les différents dispositifs intraveineux intervenant dans le traitement, la prise en charge en hôpital de jour, les soins de support ou encore la recherche clinique. 

La rédaction avec les Hospices Civils de Lyon 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.