Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Héli-SMUR pour la façade atlantique

Cet été, l'ARH a doté la région Pays de Loire d'un hélicoptère sanitaire hospitalier (Héli-SMUR) permettant à la façade atlantique de la région de bénéficier de ce vecteur de transport moderne.

Malgré son coût élevé, l’hélicoptère sanitaire s’avère indispensable dans un certain nombre de transports, réservés à des situations médicalement avérées. En développant ce moyen, l’Agence Régionale de l’Hospitalisation emboîte le pas à de nombreux exemples à l’étranger et en France et entend apporter une réponse à la concentration des moyens médicaux lourds et/ou spécialisés sur un nombre restreint de plateaux techniques d’envergure régionale.

Cet été, l’ARH a doté la région Pays de Loire d’un hélicoptère sanitaire hospitalier (Héli-SMUR) permettant à la façade atlantique de la région de bénéficier de ce vecteur de transport moderne.
Moyen à vocation régionale, il est basé à Nantes et coordonné par le SAMU 44. Les médecins régulateurs des SAMU 44 et 85 décident de son intervention pour leurs départements respectifs. Stationné en permanence sur l’hélistation de l’Hôtel-Dieu, l’Héli-SMUR est disponible, sous réserve de conditions mé-téorologiques favorables.

L’équipe Héli-SMUR est composée du pilote, d’un médecin (urgentiste de Vendée ou de Loire-Atlantique, pédiatre du SMUR pédiatrique régional de Nantes), d’une infirmière du SMUR de Nantes, et éventuel-lement d’un interne en médecine.
L’Héli-SMUR est dédié principalement aux transferts secondaires (entre deux établissements de soins) qui représentent 75% des missions. Ce moyen performant vient en appui des moyens terrestres justifiant des soins réanimatoires urgents.

Comme tous les héli-SMUR utilisés en France, l’hélicoptère en service au CHU de Nantes est la propriété d’une société privée. Un contrat de location permet au CHU de Nantes de bénéficier d’un hélicoptère dont la maintenance et le pilotage sont assurés par la société propriétaire.

Le financement de l’Héli-SMUR repose actuellement sur un contrat spécifique. Il permet 450 heures de vol, soit près de 1000 mouvements aériens par an. Le montant alloué pour 2004 ne couvre malheureusement pas l’année pleine, notre bassin de population nécessitant 600 heures de vol au moins.

Ce nouveau moyen héliporté constitue un énorme progrès caractérisé par une importante réduction des délais d’accès aux plateaux techniques spécialisés et une meilleure prise en compte des services sanitaires de la population.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”