Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Hépato-gastroentérologie : le soutien de la fondation SanTDige

Les maladies hépatiques et digestives touchent près de 20% de la population en France. Autres chiffres alarmants : 70 000 personnes en meurent chaque année et 1 cancer sur 4 est digestif. La mobilisation des équipes contre ces maladies -premier motif d'hospitalisation- a permis de réaliser d'importants progrès diagnostiques, thérapeutiques et technologiques durant ces vingt dernières années. Aujourd'hui, il est essentiel de continuer à soutenir la recherche et de trouver de nouvelles sources de financement. La fondation SanTDige créée en juillet 2008 subventionne les travaux de l'institut des maladies de l'appareil digestif (Imad). Gros plan sur un partenariat qui pourrait faire école

Les maladies hépatiques et digestives touchent près de 20% de la population en France. Autres chiffres alarmants : 70 000 personnes en meurent chaque année et 1 cancer sur 4 est digestif. La mobilisation des équipes contre ces maladies -premier motif d’hospitalisation- a permis de réaliser d’importants progrès diagnostiques, thérapeutiques et technologiques durant ces vingt dernières années. Aujourd’hui, il est essentiel de continuer à soutenir la recherche et de trouver de nouvelles sources de financement. La fondation SanTDige créée en juillet 2008 subventionne les travaux de l’institut des maladies de l’appareil digestif (Imad). Gros plan sur un partenariat qui pourrait faire école

Inauguré en 2005, l’institut des maladies de l’appareil digestif (Imad) du CHU de Nantes, s’est donné pour objectif de comprendre, prévenir et guérir les maladies du foie et de l’appareil digestif. Ses équipes hospitalo-universitaires assurent également une mission d’enseignemnet. « Cette quête de synergie a pour but de dynamiser la recherche aussi bien que de favoriser le transfert de connaissances en vue d’applications concrètes au lit du malade »rappelle le professeur Jean-Paul Galmiche, directeur de l’Imad.

Depuis juillet 2008, l’Imad bénéficie du soutien de la fondation d’entreprise SanTDige. Créée grâce à la générosité de 7 entreprises, SanTDige met à disposition de l’Imad des ressources supplémentaires pouvant être disponibles très rapidement. Grâce aux contributions des mécènes de SanTDige les spécialistes de l‘Imad font progresser la prévention, le diagnostic et les traitements des maladies relevant hépatiques et gastroentérologiques.

L’engagement SanTDige
Dans le cadre d’engagement de mécénat d’entreprise à caractère désintéressé, 7 fondateurs se sont déjà engagés sur le principe d’une donation annuelle pendant 5 ans : le CREDIT AGRICOLE ATLANTIQUE VENDEE, FUJINON (Europe) GmbH, GIVEN IMAGING SAS, JANSSEN-CILAG SA, MAUNA KEA TECHNOLOGIES, PENTAX France SAS et PORSOLT SAS. Le montant initial des ressources de SanTDige s’élève à 650 000 euros mais la fondation souhaite accueillir de nouveaux fondateurs afin de développer ses actions.

La Fondation soutient des projets de recherche centrés sur les maladies digestives, depuis la recherche fondamentale (en laboratoire) jusqu’au lit du malade (recherche clinique). Elle aide à la diffusion des connaissances et à l’information sur les maladies digestives auprès des professionnels de santé comme du grand public. SanTDige contribue également au développement de la formation professionnelle.

A l’image de ses fondateurs et de l’Imad, SanTDige se place sous le sceau de l’éthique et partage avec l’Imad les mêmes valeurs : la proximité avec le malade, l’échange et le partage des connaissances, la rigueur et le professionnalisme et l’innovation et le goût d’entreprendre.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”