Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Hépato-gastroentérologie : le soutien de la fondation SanTDige

Les maladies hépatiques et digestives touchent près de 20% de la population en France. Autres chiffres alarmants : 70 000 personnes en meurent chaque année et 1 cancer sur 4 est digestif. La mobilisation des équipes contre ces maladies -premier motif d'hospitalisation- a permis de réaliser d'importants progrès diagnostiques, thérapeutiques et technologiques durant ces vingt dernières années. Aujourd'hui, il est essentiel de continuer à soutenir la recherche et de trouver de nouvelles sources de financement. La fondation SanTDige créée en juillet 2008 subventionne les travaux de l'institut des maladies de l'appareil digestif (Imad). Gros plan sur un partenariat qui pourrait faire école

Les maladies hépatiques et digestives touchent près de 20% de la population en France. Autres chiffres alarmants : 70 000 personnes en meurent chaque année et 1 cancer sur 4 est digestif. La mobilisation des équipes contre ces maladies -premier motif d’hospitalisation- a permis de réaliser d’importants progrès diagnostiques, thérapeutiques et technologiques durant ces vingt dernières années. Aujourd’hui, il est essentiel de continuer à soutenir la recherche et de trouver de nouvelles sources de financement. La fondation SanTDige créée en juillet 2008 subventionne les travaux de l’institut des maladies de l’appareil digestif (Imad). Gros plan sur un partenariat qui pourrait faire école

Inauguré en 2005, l’institut des maladies de l’appareil digestif (Imad) du CHU de Nantes, s’est donné pour objectif de comprendre, prévenir et guérir les maladies du foie et de l’appareil digestif. Ses équipes hospitalo-universitaires assurent également une mission d’enseignemnet. « Cette quête de synergie a pour but de dynamiser la recherche aussi bien que de favoriser le transfert de connaissances en vue d’applications concrètes au lit du malade »rappelle le professeur Jean-Paul Galmiche, directeur de l’Imad.

Depuis juillet 2008, l’Imad bénéficie du soutien de la fondation d’entreprise SanTDige. Créée grâce à la générosité de 7 entreprises, SanTDige met à disposition de l’Imad des ressources supplémentaires pouvant être disponibles très rapidement. Grâce aux contributions des mécènes de SanTDige les spécialistes de l‘Imad font progresser la prévention, le diagnostic et les traitements des maladies relevant hépatiques et gastroentérologiques.

L’engagement SanTDige
Dans le cadre d’engagement de mécénat d’entreprise à caractère désintéressé, 7 fondateurs se sont déjà engagés sur le principe d’une donation annuelle pendant 5 ans : le CREDIT AGRICOLE ATLANTIQUE VENDEE, FUJINON (Europe) GmbH, GIVEN IMAGING SAS, JANSSEN-CILAG SA, MAUNA KEA TECHNOLOGIES, PENTAX France SAS et PORSOLT SAS. Le montant initial des ressources de SanTDige s’élève à 650 000 euros mais la fondation souhaite accueillir de nouveaux fondateurs afin de développer ses actions.

La Fondation soutient des projets de recherche centrés sur les maladies digestives, depuis la recherche fondamentale (en laboratoire) jusqu’au lit du malade (recherche clinique). Elle aide à la diffusion des connaissances et à l’information sur les maladies digestives auprès des professionnels de santé comme du grand public. SanTDige contribue également au développement de la formation professionnelle.

A l’image de ses fondateurs et de l’Imad, SanTDige se place sous le sceau de l’éthique et partage avec l’Imad les mêmes valeurs : la proximité avec le malade, l’échange et le partage des connaissances, la rigueur et le professionnalisme et l’innovation et le goût d’entreprendre.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.