Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Hernie discale, disque douloureux : un nouveau traitement à Orléans

Pour remplacer les disques cervicaux ou lombaires par des prothèses adaptées à la morphologie des patients, le Dr Thierry Dufour, neurochirurgien au Centre Hospitalier Régional d'Orléans, aidé de 7 autres neurochirurgiens et orthopédistes a mis au point une nouvelle prothèse. Appelée aussi arthroplastie du rachis ou disque artificiel, l'intervention permet de restaurer la mobilité anatomique du cou ou du dos.

Pour remplacer les disques cervicaux ou lombaires par des prothèses adaptées à la morphologie des patients, le Dr Thierry Dufour, neurochirurgien au Centre Hospitalier Régional d’Orléans, aidé de 7 autres neurochirurgiens et orthopédistes a mis au point une nouvelle prothèse. Appelée aussi arthroplastie du rachis ou disque artificiel, l’intervention permet de restaurer la mobilité anatomique du cou ou du dos.

En novembre 2004, le Dr Thierry Dufour était le premier au monde à poser cette nouvelle « petite pastille » entre les vertèbres d’un malade. Depuis 66 autres patients âgés entre 18 et 65 ans ont été opérés au CHR soit près du tiers des opérations françaises de ce type. Aujourd’hui, elles peuvent être posées sur trois niveaux de disques intervertébraux consécutifs si besoin.

Les prothèses de disques Mobi C se présentent comme un « mini-sandwich » de métal. Les deux parties extérieures sont en alliage de chrome-cobalt avec un côté lisse et un côté rugueux pour s’intégrer à l’os. Entre ces deux morceaux métalliques, le chirurgien glisse un noyau plastique mobile en bio-polymère.

Avec un indice global de satisfaction de 97.2%, cette technique a prouvé son efficacité. Avant l’opération 80% des patients étaient sous analgésiques. Après l’intervention, la grande majorité (77%) d’entre eux ne suit plus aucun traitement car la douleur décroît, passant de 60 sur 100 sur l’échelle de la douleur, à 20 en 3 mois et à 19 au bout d’un an. Mieux encore, la reprise du travail est effective pour 83% des personnes opérées alors qu’elles n’étaient que 38% à exercer une activité auparavant.

En évitant les soudures, les prothèses mises par le Dr Thierry Dufour remplacent avantageusement les opérations traditionnelles qui consistaient à retirer le disque cervical usé ou à greffer des petits morceaux d’os pour faire la fusion entre les vertèbres puis à ajouter des plaques métalliques et des vis.

En France, seule une vingtaine de centres pratiquent cette opération qui n’est pas encore remboursée par la Sécurité Sociale. Les établissements publics limitent le nombre de poses, quant aux privés ils les facturent intégralement et l’addition atteint entre 10 000 et 15 000 euros !

Une innovation 100 % française
8 neurochirurgiens et orthopédistes forment le groupe de concepteurs. La mise au point de l’innovation a été orchestrée par la Société troyenne LDR médical. La prothèse 100% made in France est en cours d’évaluation par la Food and Drug administration.

Un plus pour le CHR
Ce progrès médical profite aussi au CHR d’Orléans, désormais labellisé Centre international de formation en chirurgie du rachis instrumentée. Le service de neurochirurgie accueille des patients de tous horizons, des autres départements français mais aussi de l’étranger ! Former des chirurgiens américains, chinois, anglais… à ces nouvelles techniques est un challenge supplémentaire pour toute l’équipe du bloc opératoire et pour l’établissement.

Pour tout renseignement
contacter le secrétariat du service de neurochirurgie : 02 38 51 46 41

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”