Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Hospitalisations inappropriées !

Au CHU de CAEN, une enquête récente sur les hospitalisations dites « inappropriées » menées par la Commission médicale d'établissement (CME) révèle qu'en moyenne 67 patients sont présents chaque jour au CHU sans « réelle » raison médicale. La principale cause mise en évidence est l'absence de services de suite.

Au CHU de CAEN, une enquête récente sur les hospitalisations dites « inappropriées » menées par la Commission médicale d’établissement (CME) révèle qu’en moyenne 67 patients sont présents chaque jour au CHU sans « réelle » raison médicale. La principale cause mise en évidence est l’absence de services de suite.

Le déficit chronique en lits d’hospitalisation de médecine entraîne des attentes excessives aux urgences et des hospitalisations en services de chirurgie de malades relevant de médecine. Ce constat a conduit la commission d’évaluation de la CME présidée par le Pr Dominique Maïza à mener une enquête sur les « hospitalisations inappropriées » au CHU de Caen.

Méthodologie
Pour quantifier ce phénomène et en comprendre les causes, un questionnaire a été élaboré. Il comporte 26 items servant à définir la gravité clinique, l’importance des soins requis et la pertinence de la présence de chaque patient. Les auteurs de l’enquête se sont inspirés de l’«appropriateness evaluation protocol » et de la grille « Delay ».
La présence de 2 180 patients dans les unités d’hospitalisation complète de médecine et de chirurgie a été analysée en le 18 avril et le 29 juin 2001. Trois visites ont été effectuées dans chaque unité sur différents jours définis de manière aléatoire : lundi, mercredi et vendredi.

67 « faux » malades présents chaque jour au CHU
Sur les 2180 hospitalisations étudiées, 939 patients ont été pris en charge en chirurgie et 1241 en services de médecine. Le pourcentage de malades présents sans « réelle » raison s’établit respectivement à 7,03% et à 10,88%. Le taux moyen s’élève à 9,22% soit 201 patients. En rapportant cette moyenne à la capacité totale de lits actifs, on peut dire que 67 malades sont présents, chaque jour, sans raison médicale strictement valable. Bien entendu, ce chiffre représente un ordre de grandeur et diffère selon les disciplines et les services. En chirurgie, l’écart varie entre 0% et 16,57%. En médecine, il se situe entre 0% et 24,14%.

Une cause principale : l’absence de service de suite
En médecine, comme en chirurgie, la cause principale est l’absence de service de suite (respectivement 74% et 89%).
On trouve ensuite une seconde série de causes, de moindre importance :
– la sortie non ou mal planifiée (14% en médecine, 4,5% en chirurgie),
– l’indécision liée au patient ou à la famille (12,6% et 4, 5%),
– un problème de prise de décision médicale (8,9% et 3%),
– l’attente d’une consultation spécialisée (7,4% et 3%)…

Les patients en attente de services de suite : des personnes âgées admises aux urgences
Les patients en attente de services de suite ont été admis aux urgences (71%), ou en hospitalisation programmée (16%). 56,6% sont des femmes. L’âge moyen est de 71 ans. 48,7% viennent du Calvados, 34% de Caen et 17,3% d’un autre département. A l’issue de leur séjour, 44% de ces patients partiront en convalescence, 30% seront transférés et 21% rejoindront leur domicile.

Des solutions : Prévoir le mode de sortie dés la programmation de l’hospitalisation
Pour pallier ce dysfonctionnement, des solutions sont envisagées comme la prévision du mode de sortie dès la programmation de l’hospitalisation, la réalisation d’un maximum de bilan et de suivi en consultation externe ou encore le développement d’un partenariat avec la médecine de ville. En externe les solutions relève de l’organisation de l’offre régionale de soins telle que l’ouverture d’un secteur de moyen séjour de 60 lits sur Caen.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

HCL : une série vidéo destinée aux patients du cancer digestif 

Le mois dernier, les Hospices Civils de Lyon ont publié une série vidéo destinée aux patients atteints d’un cancer digestif, afin d’expliquer en toute transparence le parcours de soins mis en place à l’hôpital Lyon Sud. Une initiative qui se veut rassurante pour les personnes atteintes.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.