Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Hospitalisations inappropriées !

Au CHU de CAEN, une enquête récente sur les hospitalisations dites « inappropriées » menées par la Commission médicale d'établissement (CME) révèle qu'en moyenne 67 patients sont présents chaque jour au CHU sans « réelle » raison médicale. La principale cause mise en évidence est l'absence de services de suite.

Au CHU de CAEN, une enquête récente sur les hospitalisations dites « inappropriées » menées par la Commission médicale d’établissement (CME) révèle qu’en moyenne 67 patients sont présents chaque jour au CHU sans « réelle » raison médicale. La principale cause mise en évidence est l’absence de services de suite.

Le déficit chronique en lits d’hospitalisation de médecine entraîne des attentes excessives aux urgences et des hospitalisations en services de chirurgie de malades relevant de médecine. Ce constat a conduit la commission d’évaluation de la CME présidée par le Pr Dominique Maïza à mener une enquête sur les « hospitalisations inappropriées » au CHU de Caen.

Méthodologie
Pour quantifier ce phénomène et en comprendre les causes, un questionnaire a été élaboré. Il comporte 26 items servant à définir la gravité clinique, l’importance des soins requis et la pertinence de la présence de chaque patient. Les auteurs de l’enquête se sont inspirés de l’«appropriateness evaluation protocol » et de la grille « Delay ».
La présence de 2 180 patients dans les unités d’hospitalisation complète de médecine et de chirurgie a été analysée en le 18 avril et le 29 juin 2001. Trois visites ont été effectuées dans chaque unité sur différents jours définis de manière aléatoire : lundi, mercredi et vendredi.

67 « faux » malades présents chaque jour au CHU
Sur les 2180 hospitalisations étudiées, 939 patients ont été pris en charge en chirurgie et 1241 en services de médecine. Le pourcentage de malades présents sans « réelle » raison s’établit respectivement à 7,03% et à 10,88%. Le taux moyen s’élève à 9,22% soit 201 patients. En rapportant cette moyenne à la capacité totale de lits actifs, on peut dire que 67 malades sont présents, chaque jour, sans raison médicale strictement valable. Bien entendu, ce chiffre représente un ordre de grandeur et diffère selon les disciplines et les services. En chirurgie, l’écart varie entre 0% et 16,57%. En médecine, il se situe entre 0% et 24,14%.

Une cause principale : l’absence de service de suite
En médecine, comme en chirurgie, la cause principale est l’absence de service de suite (respectivement 74% et 89%).
On trouve ensuite une seconde série de causes, de moindre importance :
– la sortie non ou mal planifiée (14% en médecine, 4,5% en chirurgie),
– l’indécision liée au patient ou à la famille (12,6% et 4, 5%),
– un problème de prise de décision médicale (8,9% et 3%),
– l’attente d’une consultation spécialisée (7,4% et 3%)…

Les patients en attente de services de suite : des personnes âgées admises aux urgences
Les patients en attente de services de suite ont été admis aux urgences (71%), ou en hospitalisation programmée (16%). 56,6% sont des femmes. L’âge moyen est de 71 ans. 48,7% viennent du Calvados, 34% de Caen et 17,3% d’un autre département. A l’issue de leur séjour, 44% de ces patients partiront en convalescence, 30% seront transférés et 21% rejoindront leur domicile.

Des solutions : Prévoir le mode de sortie dés la programmation de l’hospitalisation
Pour pallier ce dysfonctionnement, des solutions sont envisagées comme la prévision du mode de sortie dès la programmation de l’hospitalisation, la réalisation d’un maximum de bilan et de suivi en consultation externe ou encore le développement d’un partenariat avec la médecine de ville. En externe les solutions relève de l’organisation de l’offre régionale de soins telle que l’ouverture d’un secteur de moyen séjour de 60 lits sur Caen.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.