Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Hotel-Dieu : la reconversion du site à l’étude

Dans le cadre de leur plan de modernisation, les Hospices Civils de Lyon (HCL) font le choix du retrait de la totalité de leurs activités du site de l'Hôtel-Dieu, à compter du premier semestre 2011 (Conseil d'administration du 26/01/09). Cette décision est motivée par un souci d'amélioration constante de la qualité des soins à apporter à la population. Cette exigence passe par la densification des activités médicales sur les sites hospitaliers ayant fait l'objet de travaux de restructuration et de modernisation conséquents.

Dans le cadre de leur plan de modernisation, les Hospices Civils de Lyon (HCL) font le choix du retrait de la totalité de leurs activités du site de l’Hôtel-Dieu, à compter du premier semestre 2011 (Conseil d’administration du 26/01/09). Cette décision est motivée par un souci d’amélioration constante de la qualité des soins à apporter à la population. Cette exigence passe par la densification des activités médicales sur les sites hospitaliers ayant fait l’objet de travaux de restructuration et de modernisation conséquents.

La reconversion de l’Hôtel-Dieu se présente comme une opportunité pour les HCL au moment où l’établissement connaît une situation financière fortement dégradée.

Implanté sur la presqu’île, en bordure du Rhône, l’Hôtel-Dieu, reconnaissable de loin grâce à son de célèbre pour dôme édifié au XVIIème siècle, est l’un des plus grands bâtiments de ce quartier central. Ce site prestigieux abrite le Musée des Hospices Civils de Lyon et de nombreux services hospitaliers qui seront progressivement transférés vers les autres établissements du CHU lyonnais.

Compte tenu des enjeux urbanistiques, historiques, patrimoniaux et culturels, un partenariat a été conclu avec la Ville de Lyon et le Grand Lyon, pour instruire ce dossier de reconversion de ce site emblématique de la Ville. Afin de trouver un opérateur compétent qui proposera un projet d’aménagement et d’utilisation global du site, les HCL et leurs partenaires ont décidé de confier à un prestataire spécialisé -appelé Assistant Maîtrise d’Ouvrage- une mission d’assistance pour l’élaboration du programme puis la sélection d’un opérateur.

La consultation pour le choix de l’Assistant Maîtrise d’Ouvrage sera lancée début février 2009 pour un rendu du programme en juillet 2009.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.