Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

HUGO : 7,6 milliards d’euros générés par les CHU du Grand Ouest

Le groupement des Hôpitaux universitaires du Grand Ouest (HUGO) pointe l'étendue des retombées économiques de son activité sur le territoire. Les résultats d'une étude réalisée en partenariat avec la chambre de commerce et d'Industrie Nantes St-Nazaire.

Le groupement des Hôpitaux universitaires du Grand Ouest (HUGO) pointe l’étendue des retombées économiques de son activité sur le territoire. Les résultats d’une étude réalisée en partenariat avec la chambre de commerce et d’Industrie Nantes St-Nazaire
"Chaque euro dépensé directement par les CHU, entraîne le reversement de 2 euros dans l’économie du Grand Ouest", souligne Cécile Jaglin-Grimonprez, déléguée générale de HUGO. L’analyse réalisée sur l’année 2014 porte sur les CHU d’Angers, Brest, Nantes, Rennes, Tours et le CHR d’Orléans, dans l’espace constitué par les régions Bretagne, Centre-Val de Loire et Pays de la Loire. 
Les résultats montrent un impact direct de leur activité à hauteur de 2,5 milliards d’euros sur l’économie de l’interrégion du Grand Ouest. Ce chiffre correspond aux retombées économiques liées aux salaires, achats, investissements et impôts locaux distribués par ces 6 CHU-CHR membres d’HUGO.
L’essentiel des dépenses injecté dans l’économie du Grand Ouest
"Les retombées directes des CHU-CHR sur l’économie de leur département correspondent à 66% en moyenne de leur budget et leur impact économique global pèse environ deux fois plus que leurs dépenses de fonctionnement", rapportent les conclusions de l’étude.
L’essentiel des dépenses des CHU-CHR (soit 2,5 sur 3,4 milliards d’euros) a été injecté dans l’économie du Grand Ouest.
Le 1er poste correspond aux salaires versés à plus de 50 000 personnes, domiciliés à 99% CHR dans cette interrégion. Sur les 2,2 milliards d’euros distribués, environ 1,5 profitent à l’économie locale, une fois déduits les impôts, cotisations et taxes et la part du revenu consacré à l’épargne.
Le second poste relève des achats, dont seulement 7,6% restent dans le Grand Ouest, mais pour un montant de 209 millions d’euros. Parmi ces dépenses, ce sont les achats alimentaires, les achats mobiliers et les travaux qui bénéficient le plus aux entreprises du territoire : 98,4 millions d’euros de travaux, sur les 127 dépensés, par exemple.
Un impact indirect de 44,2 millions d’euros
L’attractivité des CHU a généré, par ailleurs, un impact indirect de 44,2 millions d’euros sur les 3 régions du Grand Ouest. 20 à 25% des patients de chaque CHU-CHR proviennent d’un autre département. Leur impact et celui de leurs accompagnants est évalué à 24,2 millions d’euros.
Près de 1700 étudiants sont originaires d’un autre département que celui de l’école ou de la faculté où ils sont scolarisés. Leurs dépenses sont estimées à 13,4 millions d’euros.
La participation aux manifestations organisées à l’initiative du CHU a généré 6,6 millions d’euros. L’impact induit produit par l’injection des dépenses directes et indirectes sur l’économie locale de l’interrégion est, du reste, évalué à 5 milliards d’euros.
Les CHU-CHR, premiers employeurs de leur région
Premiers employeurs de leur région respective, les CHU-CHR sont les pourvoyeurs de 43 125 équivalents temps plein. Leurs salariés représentent 1,24% des emplois du Grand Ouest. Ils dynamisent ainsi l’économie par le pouvoir d’achat qu’ils distribuent, les biens et services qu’ils acquièrent, les investissements qu’ils réalisent. 
Les CHU-CHR contribuent, en outre, par leurs impôts et cotisations, à la solidarité collective nationale et locale. Ils produisent de la valeur en formant les futurs professionnels de santé dans leurs 43 écoles et instituts dédiés aux formations paramédicales et, en lien avec les 13 facultés de santé, les futurs médecins, pharmaciens et odontologues. 
Ils participent, enfin, à la dynamique économique par leurs activités de recherche, par les partenariats qu’ils nouent avec les Etablissements Publics à caractère Scientifique et Technologique, et avec des industriels pour exploiter les inventions de leurs salariés (50 brevets notamment), développer des innovations, évaluer des technologies nouvelles.

Chiffres clés des 6 CHU-CHR de Bretagne, Centre-Val de Loire et Pays de la Loire
Une démonstration des atouts des CHU dans le monde économique
Deux CHU ont déjà conduit une étude du même type en France, le CHU de Nice en 2013, celui de Limoges en 2014. Avec une méthode similaire, les Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest (HUGO) démontrent l’impact économique des CHU, à l’échelle d’une interrégion, sur un territoire équivalent à celui du Portugal ou de la Hongrie. "Après l’Atlas de l’excellence en santé du grand Ouest publié en septembre, c’est un deuxième opus destiné à mieux faire connaître nos atouts auprès des acteurs du monde économique et politique de nos territoires", s’est félicité Yann Bubien, directeur général du CHU d’Angers et président d’HUGO.
Betty Mamane
*L’étude est consultable sur le site d’HUGO : http://www.chu-hugo.fr/fr/impact-eco/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.