Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Humour et fantaisie sur ordonnance : le rire médecin

Le spectacle continue ! Pour la 9ème année consécutive, le CHR d'Orléans renouvelle son partenariat avec Le Rire Médecin et la mutuelle Sphéria Val de France. Objectif : égayer le séjour des enfants hospitalisés ! La signature de la convention s'est faite en présence de Madame Caroline Simonds fondatrice et directrice du Rire Médecin et de l'équipe des comédiens, de Monsieur Serge Grouard, Maire d'Orléans, Député du Loiret et Président du conseil d'administration du CHR d'Orléans, de Monsieur Richard Bousiges, Directeur Général Adjoint du CHR d'Orléans et de Monsieur Pascal Vilain, Président de la Mutuelle Sphéria Val de France.

Le spectacle continue ! Pour la 9ème année consécutive, le CHR d’Orléans renouvelle son partenariat avec Le Rire Médecin et la mutuelle Sphéria Val de France. Objectif : égayer le séjour des enfants hospitalisés ! La signature de la convention s’est faite en présence de Madame Caroline Simonds fondatrice et directrice du Rire Médecin et de l’équipe des comédiens, de Monsieur Serge Grouard, Maire d’Orléans, Député du Loiret et Président du conseil d’administration du CHR d’Orléans, de Monsieur Richard Bousiges, Directeur Général Adjoint du CHR d’Orléans et de Monsieur Pascal Vilain, Président de la Mutuelle Sphéria Val de France.

Un partenariat pour des éclats de joie dans les chambres et les couloirs de l’hôpital ! Au départ limité au département de Pédiatrie de l’hôpital Porte Madeleine, le réconfort du Rire Médecin et de ces facétieux comédiens a été prescrit aux jeunes patients du service de chirurgie pédiatrique pour leur plus grand plaisir. En janvier 2005, le renouvellement, de cette ordonnance tripartite est l’occasion de dresser un bilan de la posologie de rires et plaisirs administrés aux enfants du CHR, deux fois par semaine, les lundis et mercredis, 11 mois sur 12, par 5 clowns très appréciés : Mam’zelle Zaza, Brancardier Pompon, Molotov, Socquette et le Professeur Osvaldo.

Depuis le 11 juin 1996, date de mise en place du programme du Rire Médecin au CHR d’Orléans, les clowns ont rendu plus de 21 500 visites festives aux enfants hospitalisés du CHR d’Orléans ! Présents dans le service de pédiatrie générale depuis le début, les clowns interviennent également une demi-journée au sein du service de Chirurgie pédiatrique depuis septembre 2003. Au total, ce sont plus de 4 000 représentations individualisées qui sont offertes tous les ans aux petits malades, à leurs parents mais également au personnel soignant du CHR. Pour que les spectacles continuent, la Mutuelle Sphéria Val de France et le CHR d’Orléans ont renouvelé leur soutien au Rire Médecin.

L’engagement des partenaires
L’implication de la mutuelle Sphéria Val de France est l’expression de son engagement humaniste et mutualiste. Quant au CHR, il considère l’action du Rire Médecin comme un élément de son projet culturel qui complète et enrichit la démarche d’amélioration de l’accueil et de la prise en charge des patients.
« Le bénéfice de ces prestations est palpable et procure également un moment de détente à l’ensemble du personnel et des visiteurs. Leur présence dans les lieux induit une atmosphère accueillante qui tient compte des patients dans leur entité. » rappelle Richard Bousiges, Directeur Général Adjoint du CHR.

La vocation du Rire Médecin
Parce qu’il « est plus facile de soigner un enfant heureux », Le Rire Médecin s’est fixé pour principal objectif d’améliorer la qualité de vie des enfants à l’hôpital et rappelle à tous ceux qui les côtoient que l’humour, le rêve et la fantaisie peuvent faire partie de leur vie, même à l’intérieur d’un hôpital.
L’équipe est constituée à 100 % de professionnels ayant plusieurs années d’expériences dans les domaines du cirque, du théâtre ou des arts de la rue et qui ont choisi d’intervenir sur le terrain de l’hôpital. Artistes complets, ils pratiquent tous plusieurs disciplines clownesques : la musique, le chant, la danse, le mime, la magie ou le jonglage. Ces comédiens reçoivent une formation spécifique pour pouvoir se produire à l’hôpital ; l’hôpital n’est pas un théâtre comme les autres et rien n’est moins évident que rire au milieu de la douleur. Ce métier exige des compétences et un savoir-faire particuliers.

Mais attention, les clowns du Rire Médecin sont des artistes et non des thérapeutes même s’ils s’adressent aux enfants malades. L’objectif n’est pas de contribuer à la guérison des enfants mais de les accompagner lors de leur hospitalisation et les aider à mieux la vivre. Tandis que les soignants se consacrent principalement à ce qui a trait à la maladie, les clowns cherchent à stimuler l’imaginaire de l’enfant, ses capacités à créer, rêver et rire. Les clowns font partie de la vie du service, ils interviennent toujours en binôme et proposent à chaque enfant un spectacle personnalisé.

Faire le clown à l’hôpital n’est pas une plaisanterie. En 1995, Le Rire Médecin a édité un code de déontologie réunissant les principes fondateurs de ce nouveau métier de « docteur clown ». Ce code, garant de la qualité et du professionnalisme des clowns du Rire Médecin, affirme le sérieux d’une action qui ne se prend pas au sérieux.

Ils ont dit
« (…) avoir à nos côtés, dans le travail quotidien ces « clowns docteurs » du Rire médecin, est une véritable richesse. Leur grande connaissance du milieu institutionnel, leur sensibilité, leurs qualités d’adaptation ajoutées à leur professionnalisme font d’eux des soignants d’un autre univers que le nôtre, mais exerçant une médecine ô combien complémentaire à la nôtre ! A chacune de leurs interventions, l’enfant et souvent ses parents sont invités à venir partager leur univers de fantaisie, leur monde magique où tout est possible. Ils ont su trouver leur place, être dans « le bon ton » dans tous les secteurs pédiatriques des plus petits aux plus grands, y compris dans l’animation de nos grands couloirs, où leur apparition se fait parfois de façon très bruyante sur un air de fanfare, de bourrée voire d’opéra, parfois de façon beaucoup plus feutrée avec une mélodie douce qui force l’écoute. Chaque semaine, nous les attendons ainsi que nos petits patients comme en témoigne cette réflexion d’enfant un mercredi en consultation où ils étaient absents : « pourquoi qu’ils sont pas là tes clowns …». Je leur dis à eux merci et espère pouvoir longtemps poursuivre cette collaboration fructueuse. » Docteur Josée Bentata, Chef du département de pédiatrie du CHR d’Orléans

« Bonjour Allumette et Molotov, vous êtes des super clowns, je vous adore. Vous nous faites vraiment oublier qu’on est dans un hôpital. Ce matin, quand je me suis réveillée, je n’avais pas le moral, mais dès que vous êtes arrivés et que vous nous avez fait rire, mon moral est remonté. Je trouve que ce vous faites pour les enfants hospitalisés est super gentil, mais j’ai deux questions à vous poser : pourquoi avez-vous choisi de faire ça pour les enfants ? Ce n’est pas trop dur d’improviser comme vous faîtes ? Gros bisous » Charlène

« Laurie vous attendait tous les lundis et mercredis. Souvent, elle trouvait que vous n’arriviez pas assez vite à sa chambre et elle râlait. Mais quand vous étiez là, tout s’envolait, perfusion, chimio, douleur, souffrance. Elle a été votre complice d’un jour et en a été très heureuse. Vous êtes des rayons de soleil pour tout le monde. » Une maman

« Lorsque la porte du service se referme sur eux, il reste une histoire, une chanson, des visages lumineux ou simplement un sourire » Martine, cadre infirmière

« Ils contribuent de façon si intense à renvoyer une autre image de l’hôpital que l’atmosphère de la pédiatrie se métamorphose dès les premiers signes annonciateurs de leur arrivée. Lorsqu’ils franchissent le seuil du service, le temps semble se suspendre, l’activité professionnelle se poursuit, mais comme sous un voile qui isole de l’énervement, de la fatigue et de l’inquiétude. » Catherine Gautier, responsable culturelle, CHR d’Orléans

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.