Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Imagerie 4D : Nancy 1er site français équipé

La représentation en 3D franchit une nouvelle étape avec l'intégration d'une 4ème dimension : le temps. 256 coupes par rotation au lieu des 64 actuelles, c'est un volume d'exploration supérieur et donc une couverture plus large et de meilleure qualité des organes scannés en un temps moindre. Après le Japon et les Etats-Unis, la France à travers le CHU de Nancy se dotera de cette nouvelle technologie en 2008.

La représentation en 3D franchit une nouvelle étape avec l’intégration d’une 4ème dimension : le temps. 256 coupes par rotation au lieu des 64 actuelles, c’est un volume d’exploration supérieur et donc une couverture plus large et de meilleure qualité des organes scannés en un temps moindre. Une seule rotation est suffisante pour visionner un organe ou une articulation : jusqu’ici une belle performance technologique permettant d’améliorer la précision du rendu visuel. Mais la grande innovation vient de l’intégration de la notion du temps dans cette approche du diagnostic : l’image scannée n’est plus figée mais permet d’examiner par exemple, les battements d’un coeur en temps réel. Une avancée considérable permettant de repérer des anomalies non décelables jusqu’à présent avec un scanner.

Après le Japon et les Etats-Unis, la France à travers le CHU de Nancy se dotera de cette nouvelle technologie en 2008. Dans le cadre d’une collaboration avec le fabricant Toshiba, le nouvel appareil sera utilisé dans sa version pré-commerciale par le service d’imagerie du Pr Alain Blum.

La nouveauté a été présentée durant le 4ème Symposium Scanner volumique multicoupe des 17 et 18 septembre 2007 au Palais des Congrès de Nancy. Experts allemands, canadiens et japonais (le Pr Kazuhiro Katada) y ont partagé leur expérience des dernières innovations en matière de scanographie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.