Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Implantation de valve artificielle aortique par voie endovasculaire

Le 12 décembre 2008, l'équipe médico-chirurgicale de l'institut du thorax du CHU de Nantes (Dr Ashok Tirouvanziam, Dr Ousama Al Habash, Pr Pierre-Dominique Crochet, Dr Hélène Morin, Dr Philippe Jaafar) a réalisé les deux premières implantations de valves aortiques par l'artère fémorale, chez deux patients souffrant de rétrécissement aortique calcifié.

Le 12 décembre 2008, l’équipe médico-chirurgicale de l’institut du thorax du CHU de Nantes (Dr Ashok Tirouvanziam, Dr Ousama Al Habash, Pr Pierre-Dominique Crochet, Dr Hélène Morin, Dr Philippe Jaafar) a réalisé les deux premières implantations de valves aortiques par l’artère fémorale, chez deux patients souffrant de rétrécissement aortique calcifié.

Cette pathologie, responsable d’un obstacle à l’éjection du sang du coeur (ventricule gauche) vers l’aorte et la circulation générale, est la maladie valvulaire cardiaque la plus fréquente chez les patients âgés. En l’absence de traitement, la valve malade, serrée par des calcifications liées à l’âge, entraîne angine de poitrine, insuffisance cardiaque et perte de connaissance, avec près de 60 % de décès à 2 ans.

Une nouvelle technique destinée à un public spécifique
Le traitement de référence est la chirurgie de remplacement valvulaire à coeur ouvert. Toutefois, certains patients ne peuvent bénéficier de cette chirurgie conventionnelle, soit en raison de leur fragilité (respiratoire, rénale, cardiaque), soit parce qu’ils ont déjà subi une opération à coeur ouvert, notamment des pontages coronariens. Cette technique s’adresse donc actuellement à des patients à très haut risque ou contre-indiqués à la chirurgie conventionnelle, et pour lesquels il n’existait jusqu’à présent aucune alternative.
Mise au point par l’équipe du professeur Alain Cribier de Rouen, présent lors de ces deux premières implantations à Nantes, la technique consiste à implanter une valve artificielle (prothèse biologique), amenée sous contrôle radiologique par un cathéter à partir de l’artère fémorale (ou par voie apicale) jusqu’à la valve malade, sous anesthésie locale ou générale.

Les avantages de cette implantation, dite mini-invasive car peu traumatique, sont nombreux : absence d’ouverture du thorax, absence de cicatrice, réalisation sous anesthésie locale éventuelle, permettant ainsi des suites opératoires simplifiées, un séjour hospitalier réduit et un retour plus rapide à la vie active.
Les deux premiers patients nantais ont regagné leur domicile et passé Noël en famille.

Seuls 1000 patients ont bénéficié à ce jour de cette technique à travers le monde avec des résultats très encourageants à moyen terme qui permettront certainement un élargissement des indications à l’avenir.

Une équipe et un centre d’implantation pionniers dans la région
Réunissant les services de cardiologie interventionnelle, de chirurgie cardio-thoracique, de cardiologie, d’échographie, d’imagerie radiologique et d’anesthésie, l’équipe médico-chirurgicale de l’institut du thorax du CHU de Nantes a déjà été retenue par la Haute Autorité de santé et par la société française de cardiologie et de chirurgie cardio-thoracique parmi les premiers centres français habilités à pratiquer cette technique.
Cette technique s’inscrit dans la volonté du CHU de soutenir l’innovation comme le démontre l’installation d’une salle dite des «nouvelles technologies» au sein de l’institut du thorax, permettant de réaliser sur un même site des opérations combinant les techniques de pointe de cardiologie interventionnelle et de chirurgie cardiaque.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”