Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Inauguration de l’Institut de biologie et de pathologie

27 500 m2, 60 biologistes et 325 agents au service du patient, de la recherche et de la formation. Moderne, novateur, l'Institut de Biologie et de Pathologie (IBP) a été inauguré le 24 juin 2011. Implanté sur le site nord du Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble, il s’impose comme le plateau technique de biologie médicale le plus important de l’agglomération grenobloise et de l’arc alpin.

27 500 m2,  60 biologistes et 325 agents au service du patient, de la recherche et de la formation. Moderne, novateur, l’Institut de Biologie et de Pathologie (IBP) a été inauguré le 24 juin 2011. Implanté sur le site nord du Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble, il s’impose comme le plateau technique de biologie médicale le plus important de l’agglomération grenobloise et de l’arc alpin. 
A la fois centre d’analyses médicales et d’évaluation des nouvelles technologies, l’Institut de biologie et pathologie se définit aussi comme un lieu d’échanges entre équipes de recherche et équipes médicales et comme un centre de formation.
L’ouvrage de l’architecte Michel Rémon comprend quatre niveaux dédiés aux activités des spécialités biologiques et d’anatomocytopathologie, et un niveau d’accueil et de plateau technique centralisé. Entre juin et septembre 2010, plus de 400 médecins, biologistes, internes et professionnels non médicaux ont investi le nouveau bâtiment de 27 500 m2 regroupant l’ensemble des laboratoires autrefois dispersés dans l’hôpital Michallon.
Une garantie de qualité sans cesse augmentée
L’Institut de biologie et pathologie permet de mutualiser les moyens humains et technologiques dans un environnement de travail moderne. Dans le plateau technique centralisé, le traitement préanalytique et analytique des échantillons est effectué sur une chaîne robotisée de grande taille, capable de traiter 98 % des tubes arrivant à l’IBP avec une cadence de 400 tubes/heure. Le regroupement de quatre technologies d’analyse sur la même chaîne en fait un équipement unique à ce jour. Un système de liaison pneumatique très performant relie les services cliniques du CHU à l’Institut, permettant un acheminement ultra rapide des prélèvements. Le service rendu aux patients hospitalisés ou aux consultants est amélioré, par des résultats rendus plus rapidement.
L’IBP est également un outil exceptionnel au service de la recherche scientifique et de l’innovation, à travers la création de plateformes transversales ou spécialisées équipées de matériel de très haut niveau technologique.
L’opération de 55 millions d’euros (travaux, équipements et système d’information compris) est entièrement autofinancée par le CHU, par une évolution et requalification des effectifs et des économies sur les réactifs.
 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.