Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Inauguration de l’unité de préparation des anticancéreux

Le centre hospitalier universitaire de Limoges a inauguré, jeudi 15 décembre 2005, l'unité de préparation des anticancéreux de la pharmacie centrale de ses établissements hospitaliers.

Le centre hospitalier universitaire de Limoges a inauguré, jeudi 15 décembre 2005, l’unité de préparation des anticancéreux de la pharmacie centrale de ses établissements hospitaliers.

Cette unité a pour but de préparer, sous une forme prête à l’emploi (seringue, poches de perfusion, infuseur), les médicaments anticancéreux injectables. L’infirmière n’aura plus de manipulation à effectuer mais simplement à administrer le médicament prêt à l’emploi.
En effet, ces médicaments sont potentiellement toxiques pour le manipulateur et la contamination par exposition professionnelle ne doit pas être négligée. De plus, étant injectés, ces médicaments doivent être stériles.

Actuellement deux techniques permettent la protection du personnel et la prévention de la contamination de la préparation : les hottes à flux d’air laminaire vertical et les isolateurs stériles.
Après avoir travaillé pendant 15 ans sous hotte à flux d’air laminaire, la pharmacie centrale du CHU de Limoges vient d’être équipée d’un isolateur. Ceci va permettre de mieux protéger le personnel et de prendre en charge la totalité des reconstitutions réalisées au CHU.

La préparation des médicaments anticancéreux est une activité est en progression constante puisqu’elle est passée de 3 400 préparations en 1990 à 12 300 en 2004 et devrait atteindre plus de 20 000 en 2006.
Enfin, cette organisation centralisée permet de réaliser des économies car chaque flacon de médicaments est utilisé en totalité.

L’unité de préparation des anticancéreux remplit un triple objectif de qualité, de sécurité et d’économie : sécurité du patient qui est assuré d’avoir une préparation stérile, sécurité du personnel qui est bien protégé et économie potentielle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.