Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Incendie d’un foyer de travailleurs migrants : le CHU active un plan blanc*

Un incendie, dont les raisons sont en cours de détermination par les services de police, est survenu dans la nuit du 13 au 14 novembre 2010 au sein d'un Foyer de travailleurs migrants ADOMA situé 4 avenue du Lac à Dijon. Le Plan Rouge a été déclenché par la Préfecture, le dimanche 14 novembre à 01h30. Une heure plus tard la Direction Générale du CHU de Dijon activait le Plan blanc. Lundi 15 novembre à 15h00, un bilan des victimes fait état de 7 personnes décédées et de 69 personnes hospitalisées dont 13 dans un état grave.

Un incendie, dont les raisons sont en cours de détermination par les services de police, est survenu dans la nuit du 13 au 14 novembre 2010 au sein d’un Foyer de travailleurs migrants ADOMA situé 4 avenue du Lac à Dijon. Le Plan Rouge a été déclenché par la Préfecture, le dimanche 14 novembre à 01h30. Une heure plus tard la Direction Générale du CHU de Dijon activait le Plan blanc.
Lundi 15 novembre à 15h00, un bilan des victimes fait état de 7 personnes décédées et de 69 personnes hospitalisées dont 13 dans un état grave.

Immédiatement, environ 80 professionnels du CHU de Dijon ont été rappelés pour prendre en charge les victimes : médecins, cadres de santé, ambulanciers, infirmiers, agents de la chambre mortuaire, brancardiers, interprètes, secrétaires, responsable service transport patients, infirmiers anesthésistes, Permanencier SAMU, coursiers, services techniques et logistiques… Le dispositif d’interprétariat a par ailleurs été activé pour faciliter la prise en charge des patients.

Le dispositif des secours
– Sur le lieu du sinistre, par le SAMU, un Poste Médical Avancé (PMA) ayant pris en charge 115 personnes
– Sur le site de l’Hôpital Général, un Poste Médical Avancé (PMA)
– Sur le lieu du sinistre, la Cellule d’Urgences Médico-Psychologiques (CUMP)
– Au Palais des Sports de Dijon, la prise en charge, par la Ville de Dijon, des personnes non hospitalisées afin d’assurer leur accueil et leur relogement.

Lundi 15 novembre à 15h00, le bilan était le suivant
– 7 personnes décédées
– 53 personnes hospitalisées sur le CHU de Dijon, dont 6 en état grave (5 en réanimation pédiatrique et 1 en réanimation pneumologique)
– 7 cas graves répartis sur d’autres établissements comme suit : 2 au CHU de Nancy, 2 aux Hospices Civils de Lyon et 3 au CHR de Metz-Thionville
– 3 personnes hospitalisées à la Clinique Sainte Marthe
– 6 personnes hospitalisées à la Clinique de Talant

L’ensemble des victimes non hospitalisées a été immédiatement pris en charge par la Ville de ijon et transféré au Palais des Sports. Y seront assurés, avec la collaboration de la Protection ivile, distribution de vêtements, repas, gestion du relogement et poursuite de la prise en harge psychologique par la Cellule d’Urgences Médico-Psychologiques (CUMP).

*Mis en oeuvre par le directeur d’établissement, le plan blanc est un plan d’organisation du système hospitalier en cas de catastrophe, d’accident ou de crise à caractère exceptionnel provoquant un afflux de patients ou de victimes. Le plan blanc nécessite la mobilisation sans délai de moyens humains, matériels et en soin : libération de lits d’hospitalisation, mobilisation maintien ou rappel de personnel, organisation globale de la logistique, accueil des familles, communication externe.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”