Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Incendie d’un foyer de travailleurs migrants : le CHU active un plan blanc*

Un incendie, dont les raisons sont en cours de détermination par les services de police, est survenu dans la nuit du 13 au 14 novembre 2010 au sein d'un Foyer de travailleurs migrants ADOMA situé 4 avenue du Lac à Dijon. Le Plan Rouge a été déclenché par la Préfecture, le dimanche 14 novembre à 01h30. Une heure plus tard la Direction Générale du CHU de Dijon activait le Plan blanc. Lundi 15 novembre à 15h00, un bilan des victimes fait état de 7 personnes décédées et de 69 personnes hospitalisées dont 13 dans un état grave.

Un incendie, dont les raisons sont en cours de détermination par les services de police, est survenu dans la nuit du 13 au 14 novembre 2010 au sein d’un Foyer de travailleurs migrants ADOMA situé 4 avenue du Lac à Dijon. Le Plan Rouge a été déclenché par la Préfecture, le dimanche 14 novembre à 01h30. Une heure plus tard la Direction Générale du CHU de Dijon activait le Plan blanc.
Lundi 15 novembre à 15h00, un bilan des victimes fait état de 7 personnes décédées et de 69 personnes hospitalisées dont 13 dans un état grave.

Immédiatement, environ 80 professionnels du CHU de Dijon ont été rappelés pour prendre en charge les victimes : médecins, cadres de santé, ambulanciers, infirmiers, agents de la chambre mortuaire, brancardiers, interprètes, secrétaires, responsable service transport patients, infirmiers anesthésistes, Permanencier SAMU, coursiers, services techniques et logistiques… Le dispositif d’interprétariat a par ailleurs été activé pour faciliter la prise en charge des patients.

Le dispositif des secours
– Sur le lieu du sinistre, par le SAMU, un Poste Médical Avancé (PMA) ayant pris en charge 115 personnes
– Sur le site de l’Hôpital Général, un Poste Médical Avancé (PMA)
– Sur le lieu du sinistre, la Cellule d’Urgences Médico-Psychologiques (CUMP)
– Au Palais des Sports de Dijon, la prise en charge, par la Ville de Dijon, des personnes non hospitalisées afin d’assurer leur accueil et leur relogement.

Lundi 15 novembre à 15h00, le bilan était le suivant
– 7 personnes décédées
– 53 personnes hospitalisées sur le CHU de Dijon, dont 6 en état grave (5 en réanimation pédiatrique et 1 en réanimation pneumologique)
– 7 cas graves répartis sur d’autres établissements comme suit : 2 au CHU de Nancy, 2 aux Hospices Civils de Lyon et 3 au CHR de Metz-Thionville
– 3 personnes hospitalisées à la Clinique Sainte Marthe
– 6 personnes hospitalisées à la Clinique de Talant

L’ensemble des victimes non hospitalisées a été immédiatement pris en charge par la Ville de ijon et transféré au Palais des Sports. Y seront assurés, avec la collaboration de la Protection ivile, distribution de vêtements, repas, gestion du relogement et poursuite de la prise en harge psychologique par la Cellule d’Urgences Médico-Psychologiques (CUMP).

*Mis en oeuvre par le directeur d’établissement, le plan blanc est un plan d’organisation du système hospitalier en cas de catastrophe, d’accident ou de crise à caractère exceptionnel provoquant un afflux de patients ou de victimes. Le plan blanc nécessite la mobilisation sans délai de moyens humains, matériels et en soin : libération de lits d’hospitalisation, mobilisation maintien ou rappel de personnel, organisation globale de la logistique, accueil des familles, communication externe.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.