Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Infarctus du myocarde : des chercheurs toulousains du CHU et de l’INSERM élucident le paradoxe français

Un risque moindre d'infarctus du myocarde en Europe du Sud... Le Dr Jean-Bernard Ruidavets, chercheur au sein de l'équipe cardiovasculaire du Pr Jean Ferrières (Fédération des services de cardiologie du CHU de Toulouse et INSERM U558), publie un article majeur dans la prestigieuse revue British Medical Journal1 qui explique le « paradoxe français » ou « paradoxe méditerranéen », constatation d'un risque plus faible d'infarctus du myocarde en Europe du Sud

Un risque moindre d’infarctus du myocarde en Europe du Sud…
Le Dr Jean-Bernard Ruidavets, chercheur au sein de l’équipe cardiovasculaire du Pr Jean Ferrières (Fédération des services de cardiologie du CHU de Toulouse et INSERM U558), publie un article majeur dans la prestigieuse revue British Medical Journal1 qui explique le « paradoxe français » ou « paradoxe méditerranéen », constatation d’un risque plus faible d’infarctus du myocarde en Europe du Sud.

…lié à une consommation d’alcool modérée et régulière
Quelle que soit la latitude, les facteurs de risque traditionnels (tabac, cholestérol, hypertension artérielle ou diabète) favorisent l’infarctus du myocarde.
En revanche, une partie du sur-risque d’infarctus s’explique par le mode de consommation d’alcool. Ce dernier consommé de manière importante et épisodique, est dangereux pour le coeur. L’alcool en quantité modérée et consommé de manière régulière est protecteur mais c’est un mode de consommation rare en Europe du Nord et commun en Europe du Sud.

10.000 hommes suivis pendant 10 ans
L’équipe hospitalo-universitaire toulousaine étudie, depuis 1985, les causes de l’infarctus du myocarde dans le cadre d’un vaste programme international, le Projet MONICA. De nombreux travaux ont été publiés visant à expliquer la différence d’infarctus du myocarde entre le Nord et le Sud de l’Europe.
Dans cette nouvelle étude, l’équipe toulousaine a comparé le risque
d’infarctus du myocarde entre la France et l’Irlande grâce au suivi de 10.000
hommes pendant 10 ans. Les hommes irlandais ont deux fois plus de risque d’infarctus du myocarde par rapport aux hommes français. Une partie de ce sur-risque est expliquée par les facteurs de risque traditionnels.
L’autre partie est expliquée par la consommation d’alcool. Une consommation d’alcool de type « binge drinking » (consommation importante d’alcool en une seule fois) entraine deux fois plus d’infarctus du myocarde. A l’opposé, une consommation régulière d’alcool sous forme de vin est protectrice vis-à-vis de l’infarctus du myocarde.
___
1 Ruidavets JB, Ducimetière P, Evans A, Montaye M, Haas B, Bingham A, Yarnell J, Amouyel P, Arveiler D, Kee F, Bongard V,
Ferrières J. Patterns of alcohol consumption and ischaemic heart disease in culturally-divergent countries: The prospective
epidemiological study of myocardial infarction (PRIME). BMJ 2010 (online). Cite this as: BMJ 2010;341:c6077
doi:10.1136/bmj.c6077

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.