Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Infections nosocomiales : le service d’endoscopie digestive certifié

Le service d'endoscopie digestive de l'hôpital Bon Secours à Metz a été certifié ISO 9001 / 2000 pour « le traitement, le contrôle et la mise à disposition des endoscopes, la gestion et les mise à disposition des accessoires associées ». Label décerné par l'Association Française pour l'Amélioration et le Management de la qualité (AFAQ), le 21 janvier 2008.

Le service d’endoscopie digestive de l’hôpital Bon Secours à Metz a été certifié ISO 9001 / 2000 pour « le traitement, le contrôle et la mise à disposition des endoscopes, la gestion et les mise à disposition des accessoires associées ». Label décerné par l’Association Française pour l’Amélioration et le Management de la qualité (AFAQ), le 21 janvier 2008.

L’endoscopie consiste en l’exploration de l’ensemble du tube digestif grâce à l’introduction d’un tube souple retransmettant l’image obtenue par une micro caméra placée à son extrémité : l’endoscope. Cet appareil doit être stérilisé après chaque examen, du fait de son architecture complexe et des matériaux utilisés, la décontamination de l’appareil est complexe et longue (plus d’une heure avant chaque examen).

Le risque de transmission nosocomiale a toujours été au centre des préoccupations du service d’endoscopie digestive de l’hôpital Bon Secours à Metz, qui a élaboré depuis une vingtaine d’année ses propres protocoles, régulièrement réactualisés. La démarche de certification ISO 9001/2000 a débuté en 2005.

Cette norme internationale s’appuie sur un référentiel exigent et reconnu. Elle est fréquemment utilisée dans le secteur de l’industrie et des services. En revanche, elle reste rare dans le domaine de la santé et exceptionnelle dans les services de soins aux patients.

La certification : un « plus » pour le patient
Garantie d’engagement de l’équipe dans la lutte contre les infections nosocomiales, la certification est une « assurance-qualité » contre le risque de transmission infectieuse.
Ce label rassure. Il est synonyme de remise en cause permanente et dynamique d’amélioration continue des pratiques du service, d’écoute du patient et d’évaluation de sa satisfaction.

La certification : « un plus » pour l’équipe
Cette reconnaissance valorise les compétences et le savoir faire de l’équipe. Les pratiques sont harmonisées et leurs évaluations reposent sur une approche factuelle. La détection des dysfonctionnements permet une analyse rapide des problèmes avec mise en place d’actions préventives et correctrices, témoignant d’une dynamique d’amélioration continue. Enfin, la maîtrise des risques est renforcée (hygiène, sécurité sanitaire, risques pour le personnel) et cette sécurisation des pratiques contribue à prévenir le risque juridique.
En interne, cette exigence motive les collaborateurs, elle oblige à former les nouveaux agents et conforte de fait la pérennité des acquis. Quant aux relations avec les services partenaires, elles s’en trouvent améliorées, qu’il s’agisse de la direction de la logistique, des achats et de l’hôtellerie, de la pharmacie, du biomédical, du laboratoire de bactériologie ou de la stérilisation

Au niveau de l’établissement, la certification atteste de la dynamique de la lutte contre les infections hospitalières. Le label donne une image positive de l’organisation et de son efficience et confirme la qualité du service médical rendu aux patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”