Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Infirmières : le choix cornélien éclairé par une campagne de communication

« Savoir pour choisir » la campagne de communication de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) autour du droit d’option des infirmières a reçu le Grand Prix du management public du Groupe Moniteur dans la catégorie « E-Ressources Humaines », le 17 juin 2011. Une distinction qui récompense la collaboration efficace entre les équipes RH (centrales et locales) et celle de communication interne. Un beau succès à inscrire au palmarès de ces dernières. L’impact de cette initiative qui s’adressait aux 23 500 soignants de l’institution se mesure en dizaines de milliers d’échanges : 50 000 connexions, 31 500 simulations. Résultat : 78 % des infirmiers ont exprimé leur choix, parmi les quels près des 2/3 se sont positionnés en A ; au total , et avec les personnes qui n'ont pas répondu (reclassées automatiquement en B), la répartition A/B s'équilibre à 50/50.

« Savoir pour choisir » la campagne de communication de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) autour du droit d’option des infirmières a reçu le Grand Prix du management public du Groupe Moniteur dans la catégorie « E-Ressources Humaines », le 17 juin 2011. Une distinction qui récompense la collaboration efficace entre les équipes RH (centrales et locales) et celle de communication interne. Un beau succès à inscrire au palmarès de ces dernières. L’impact de cette initiative qui s’adressait aux 23 500 soignants de l’institution se mesure en dizaines de milliers d’échanges : 50 000 connexions, 31 500 simulations. Résultat : 78 % des infirmiers ont exprimé leur choix, parmi les quels près des 2/3 se sont positionnés en A ; au total , et avec les personnes qui n’ont pas répondu (reclassées automatiquement en B), la répartition A/B s’équilibre à 50/50.
Pour sa campagne didactique « Savoir pour choisir », l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris a utilisé toutes les ressources de la communication web. Il s’agissait d’expliquer aux infirmiers et infirmières de l’institution que, suite à la réforme Licence Master Doctorat (LMD), ils avaient 6 mois, du 1er octobre 2010 au 31 mars 2011, pour intégrer – s’ils le désiraient – la catégorie A de la fonction publique hospitalière. Avantage : la revalorisation salariale. Inconvénient  : un départ à la retraite repoussé. Un arbitrage délicat à opérer, car très personnel. 
L’opération de reclassement des personnels était articulée autour du site internet www.savoirpourchoisir.aphp.fr, qui a permis de dispenser toutes les informations selon un mode dynamique. Aux questions qu’ils posaient, les infirmiers recevaient par mail des réponses personnalisées. Simultanément un courrier personnalisé a été adressé au domicile de chaque infirmier, assorti d’une simulation de reclassement en catégorie A ou B*, tandis que des réunions d’information diurnes et nocturnes ont été animées par les équipes RH des hôpitaux, équipes qui se sont également consacrées au traitement des situations particulières.
« Ce prix couronne le travail mené, de concert, par les équipes des ressources humaines et celles de la communication pour aboutir à un dispositif utile et pratique », a déclaré Monique Ricomes, Secrétaire générale de l’AP-HP », lors de la remise du prix.
Et comme on ne change pas une recette qui gagne, le dispositif sera repris en janvier 2012 pour la campagne de reclassement des infirmiers spécialisés (infirmiers de bloc opératoires, puéricultrices, infirmiers anesthésistes) et des cadres de santé. 

*A titre d’illustration

Laura, infirmière, 24 ans, 2ème échelon, indice majoré  324, a un traitement de base actuel de 1 500€ ; si elle choisit la catégorie B elle restera au deuxième échelon, mais son indice passera à 332 (1 537 €) et ses droits à la retraite seront ouverts à 57 ans ; si elle choisit la catégorie A, elle passera au premier échelon et son indice sera 335 (1 551€), puis elle bénéficiera de deux revalorisations successives en 2012 et 2015 (1 584 € et 1 616 €) mais ses droits à la retraite seront ouverts à 60 ans.
Francoise, 47 ans, 8ème échelon, indice majoré 481 a un traitement de base actuel de 2 227 € ; si elle choisit la catégorie B elle restera au deuxième échelon, mais son indice passera à 483 (2 236 €) et ses droits à la retraite seront ouverts à 57 ans ; si elle choisit la catégorie A, son indice sera 486 (2 250€), puis elle bénéficiera de deux revalorisations successives en 2012 et 2015 (2 255 € et 2 260 €), mais ses droits à la retraite seront ouverts à 60 ans.
http://www.lagazettedescommunes.com/
http://www.groupemoniteur.fr/prix/grand-prix-management-public/index.html

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.