Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Institut Faire Faces, pôle d’expertise en chirurgie de la défiguration

Avec deux transplantations faciales à son actif dont une première mondiale en 2005, l'équipe du professeur Devauchelle pionnière en chirurgie de la défiguration, continue à innover en programmant pour 2012 l'ouverture de l'Institut Faire Faces (IFF), premier centre international dédié à la recherche et à la formation sur l'ensemble des techniques et des approches mobilisées dans la reconstruction de la face.

Avec deux transplantations faciales à son actif dont une première mondiale en 2005, l’équipe du professeur Devauchelle pionnière en chirurgie de la défiguration, continue à innover en programmant pour 2012 l’ouverture de l’Institut Faire Faces (IFF) : premier centre international dédié à la recherche et à la formation sur l’ensemble des techniques et des approches mobilisées dans la reconstruction de la face.

Pôle de référence unique en Europe, l’Institut Faire Faces réunira les spécialités et techniques de pointe, de la thérapie cellulaire à la robotique en passant par les biomatériaux ou les dernières techniques d’imagerie. Le regroupement des compétences confortera les synergies entre ces différentes disciplines et permettra de faire progresser les approches chirurgicales.

Centre international de formation en chirurgie réparatrice du visage et microchirurgie, l’Institut Faire Faces sera ouvert aux chirurgiens souhaitant se spécialiser. « L’Institut renforcera la capitalisation des programmes existants et le réseau européen » analyse le professeur Devauchelle. A la pointe de la technologie, un centre de téléconférence reliera les salles de formation aux blocs chirurgicaux, et s’inscrira dans les applications les plus récentes de la télémédecine.

Le champ de recherche de l’Institut Faire Faces s’étendra à la santé publique et aux sciences humaines. Il s’ouvrira aux réflexions philosophiques et sociétales liées aux défigurations et aux greffes de la face.

Lieu d’accueil et d’information du public, IFF engagera également une démarche de réflexion et de sensibilisation en faveur de l’intégration des personnes défigurées. Il accueillera par ailleurs, un pôle d’orthophonie et un centre du langage.

Si une partie des projets de recherche sont d’ores et déjà en place, l’Institut Faire Faces a pour vocation de créer un pôle d’activités appuyé sur des réseaux régionaux, nationaux et européens, et de valoriser les recherches et les travaux de l’équipe et de ses partenaires. Au-delà du prestige apporté par l’implication de chirurgiens et de chercheurs de haut-niveau, les activités d’IFF contribueront à renforcer l’image innovante de la région Picardie et la dynamique technologique de ses entreprises. Le programme de recherche sur les techniques de pointe vise le développement d’applications industrielles.

L’Institut Faire Faces se construit en partenariat avec les autres structures de recherche du CHU, sur le site du nouveau Centre hospitalo-universitaire. Porté par le CHU d’Amiens et le professeur Devauchelle et soutenu par le Conseil régional et par l’Union européenne, il bénéficie de nombreux partenariats : l’association des Gueules Cassées, l’Université de Technologie de Compiègne (UTC), l’Institut polytechnique Lasalle, de l’Université de Picardie-Jules Vernes (UPJV).

Future plate-forme européenne de recherche et de formation avancée en chirurgie de l’extrémité céphalique, IFF a également reçu le support de l’Association européenne de chirurgie maxillo-faciale, dont il anime le projet de recherche. Il associe également de grands noms internationaux de la chirurgie réparatrice au plan mondial. En 2010, porté par l’équipe du Pr Devauchelle, l’Institut Faire Faces franchira de nouvelles étapes en rassemblant de nouveaux soutiens et de nouveaux partenaires en s’inscrivant dans le projet national de dynamisation de la recherche française.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”