Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Instituts hospitalo-universitaires (IHU) : les deux projets de Lyon

En réponse à l'appel d'offres lancé en juillet 2010 par Président Nicolas Sarkozy dans le cadre des « Investissements d'avenir », le CHU de Lyon présente deux projets : un institut hospitalo-universitaire (IHU) cardiovasculaire/nutrition intitulé « OPeRa » et un IHU neurosciences dénommé « CESAME » (CErveau et SAnté MEntale)

En réponse à l’appel d’offres lancé en juillet 2010 par Président Nicolas Sarkozy dans le cadre des « Investissements d’avenir », le CHU de Lyon présente deux projets : un institut hospitalo-universitaire (IHU) cardiovasculaire/nutrition intitulé « OPeRa » et un IHU neurosciences dénommé « CESAME » (CErveau et SAnté MEntale)

Un projet cardiovasculaire/nutrition intitulé « OPeRa »
Alors que les pathologies liées à la destruction des tissus et la défaillance des organes sont la 2ème cause de mortalité dans le monde et la 3ème en France, le projet OPeRa (Organ ProtEction & ReplAcement) se fixe comme objectif de créer un centre d’excellence dans le domaine de la recherche, de la formation et du soin, centré sur la protection et le remplacement des organes, avec un intérêt particulier pour :
– Les risques métaboliques (nutrition, diabète, obésité, hyperlipidémie)
– L’agression aiguë et chronique des organes et tissus (ischémie-reperfusion (coeur, rein, cerveau), inflammation, auto-immunité)
– L’inflammation (réponse immuno-pathologique, inflammation aiguë et chronique)
– Le rejet chronique et les conséquences de l’immunosuppression après transplantation (infectieuses, cancéreuses, cardiovasculaires et métaboliques), incluant les perspectives d’avenir liées à la greffe de tissu composite et la régénération tissulaire

Ce projet d’ambition internationale vise à créer des conditions optimales de recherche grâce à une approche interactive et innovante reposant sur la collaboration de plus de 260 chercheurs, 150 doctorants et 75 post-doctorants issus de l’INSERM, du CNRS, de l’INRA, de l’Université de Lyon et de nombreuses équipes du CHU de Lyon.

L’IHU OPeRa s’intègre parfaitement dans un environnement adapté et attractif qui réunit des industriels et des collectivités territoriales engagées dans le soutien à la santé, au sein duquel se trouve le pôle de compétitivité Lyon Biopôle. L’IHU se place dans la continuité de la structuration à Lyon de la recherche et du soin, déjà concrétisée par la mise en oeuvre du projet CENS (Centre Européen en Nutrition et Santé), de la reconfiguration du Centre d’Investigation Clinique (CIC) de Lyon, et de la création récente d’une unité mixte de recherche CARMEN. L’IHU sera adossé à une Fondation de Coopération Scientifique et bénéficiera à ce titre d’une gestion souple et une réactive, tout en assurant l’interface avec les partenaires.

Pour plus d’informations : Pr Michel OVIZE, chef du service d’Exploration Fonctionnelle Cardiovasculaire – michel.ovize@chu-lyon.fr / 04 72 35 69 07

Un projet neurosciences intitulé « CESAME » (CErveau et SAnté MEntale)
Le poids économique des maladies du Cerveau en Europe a été évalué par le « European Brain Council » à 390 milliards d’? en 2005 dont 76 % concernent les troubles mentaux. Pour répondre à ce défi par un effort d’innovation thérapeutique sans précédent, l’IHU CESAME combine les forces d’un réseau unique de 34 équipes de recherche d’excellence rattachées aux trois grandes universités lyonnaises et celles de l’ensemble de la communauté des neurologues, neurochirurgiens, psychiatres et psychologues du CHU de Lyon et de l’Hôpital du Vinatier. Toutes ces ressources cliniques et de recherche sont concentrées sur le site du Neurocampus Lyon-Est.
Les premiers travaux du Prof M. Jouvet sur la physiologie du sommeil, suivis de la création du premier Hôpital Neurologique Universitaire européen (Hôpital Pierre Wertheimer) et de l’Institut des Sciences Cognitives sous l’impulsion du Prof. M Jeannerod, ont abouti à une concentration exceptionnelle d’équipes de recherche et de soin dans le domaine des Neurosciences et des Sciences de la Cognition à Lyon.

Une nouvelle étape est franchie par l’IHU CESAME qui, en alliant les Neurosciences aux Sciences Humaines et Sociales, replace le patient dans son environnement personnel, familial, social, culturel et institutionnel, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives de recherche interdisciplinaire allant de la biologie cellulaire au vécu individuel et collectif des maladies du cerveau.

Pour assurer cette continuité transdisciplinaire, l’IHU CESAME financera la création de 5 plates-formes de haute technologie (ingénierie cellulaire, signaux intra-cérébraux, barrière sang-cerveau, imagerie fonctionnelle cérébrale, environnement virtuel et neuro-immersion), des projets de recherche émergents, ainsi que l’ouverture de chaires et de nouvelles filières de formation interdisciplinaire en partenariat avec les investisseurs privés.

Les quatre principes fondateurs de l’IHU CESAME, en concordance avec les priorités des programmes nationaux et européens de recherche médicale, sont :
1) de développer des thérapies innovantes fondées sur notre nouvelle connaissance des liens entre cerveau et processus mentaux, normaux et pathologiques ;
2) d’utiliser notre capacité d’analyse des dysfonctionnements cérébraux pour protéger le cerveau et permettre au patient de se réadapter à son environnement personnel et social;
3) de centrer notre questionnement scientifique sur le patient et d’y répondre par une solution thérapeutique au terme de boucles de recherche translationnelle;
4) d’inscrire l’évaluation des impacts psychologiques, éthiques et socio-économiques des thérapies innovantes au coeur de notre stratégie de recherche.

Par ailleurs, l’IHU CESAME vise à promouvoir, financer, organiser et exploiter la recherche clinique sur le cerveau par la création d’un Neurobiopôle dédié au renforcement des collaborations avec l’environnement industriel et d’un Centre de Recherche Clinique doté d’une plateforme de stockage et de fouille de données. Il est donc naturellement soutenu par l’Alliance pour la Recherche et l’Innovation des Industries de Santé (ARIIS), les pôles de compétitivité Imaginove et Lyon-Biopôle, et plus de trente industriels de l’industrie pharmaceutique, de l’imagerie, des technologies médicales, de la simulation, des jeux, de la robotique et de l’ingénierie cognitive.

Pour plus d’informations : Pr François MAUGUIERE, chef du service de Neurologie fonctionnelle et épileptologie – francois.mauguiere@chu-lyon.fr / 04 72 35 70 44

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”