Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Intervention à coeur fermé : première en France

Le premier système robotique d'exploration et de traitement des troubles du rythme cardiaque installé en France sera inauguré le mardi 4 décembre 2007 par Alain Hériaud, Directeur Général du CHU de Bordeaux et Bévil Hogg, Président Directeur Général de Stéréotaxis, en présence d'Alain Juppé, Maire de Bordeaux et Président du Conseil d'Administration du CHU.

Le premier système robotique d’exploration et de traitement des troubles du rythme cardiaque installé en France sera inauguré le mardi 4 décembre 2007 par Alain Hériaud, Directeur Général du CHU de Bordeaux et Bévil Hogg, Président Directeur Général de Stéréotaxis, en présence d’Alain Juppé, Maire de Bordeaux et Président du Conseil d’Administration du CHU.

Le centre de cardiologie de l’hôpital Haut-Lévêque du CHU de Bordeaux est un centre d’excellence, de soins et de recherche. Depuis 1994, l’équipe du Pr Michel Haïssaguerre étudie les troubles du rythme cardiaque et notamment la fibrillation auriculaire. Pendant 4 ans, l’équipe a effectué des cartographies du coeur. Grâce à cette expertise, elle est en mesure de déterminer l’origine principale des troubles du rythme dans les veines thoraciques.

« Les troubles du rythme cardiaque étaient des pathologies souvent mal contrôlées par médication il y a encore quelques années. La fibrillation auriculaire résulte de multiples sources/activités anormales dispersées dans les oreillettes, ce qui complique beaucoup la thérapie. Nous sommes parvenus à démontrer que ce sont des cellules électriques anormales provenant des sites privilégiés qui envoient les micro décharges à l’origine de l’arythmie. Le traitement consiste donc à détruire ou isoler ces cellules perturbatrices à l’aide de la radiofréquence. Cet équipement de haute technologie améliore nettement la sécurité et le confort pour le médecin et pour le patient» explique le Pr Michel Haissaguerre, PUPH du service de Cardiologie du CHU de Bordeaux.

Les caractéristiques du système
Les ondes magnétiques permettent de contrôler à distance les cathéters d’exploration ou d’ablation et d’accéder également plus rapidement aux zones cardiaques excitables et de les neutraliser.

Comment ça marche ?
En pratique, le patient est placé sur une table à rayons X qui permet aussi d’envelopper le thorax dans un champ magnétique faible. Après administration d’un sédatif et sous anesthésie locale, un cathéter portant plusieurs électrodes est introduit dans la veine fémorale et monté jusque dans l’oreillette droite, sous surveillance ECG. Ensuite, un cathéterisme transeptal est réalisé pour parvenir dans l’oreillette gauche, à destination des veines pulmonaires. Une cartographie est alors réalisée, permettant de localiser précisément les sites anormaux. L’ablation en elle-même consiste à isoler électriquement les veines pulmonaires en cautérisant le tissu et en rendant les cellules inexcitables. La durée de l’intervention varie entre 2 et 4 heures. Dans la majorité des cas, le patient est valide dès le lendemain. Un traitement antalgique lui est prescrit.

Les troubles du rythme cardiaque traités
– Fibrillation auriculaire, extrasystoles, tachycardies liées à des voies anormales
– Tachycardie et fibrillation ventriculaire

Bénéfices pour le patient
Le patient se trouve libéré des désagréments liés aux arythmies (palpitations, douleurs) et des risques associés (embolie, insuffisance cardiaque voire mort subite).
De plus, la neutralisation des arythmies, en utilisant le nouveau système robotique, permet d’éviter la prise au long cours des traitements anti-arythmique et anticoagulant.

La cardiologie en chiffres
. 800 à 1000 patients par an
. Durée moyenne de séjour : 5 jours d’hospitalisation
. 0,5 à 1% de la population avant 60 ans atteint de fibrillation auriculaire
. 3,5% au-delà de 60 ans

Le Système de Navigation Magnétique Niobe® de Stereotaxis, en partenariat avec les sociétés Philips, Biosense Webster et Bard, a été implanté dans la nouvelle salle du service de cardiologie-électrophysiologie-troubles du rythme, pôle cardio-thoracique du CHU de Bordeaux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

HCL : une série vidéo destinée aux patients du cancer digestif 

Le mois dernier, les Hospices Civils de Lyon ont publié une série vidéo destinée aux patients atteints d’un cancer digestif, afin d’expliquer en toute transparence le parcours de soins mis en place à l’hôpital Lyon Sud. Une initiative qui se veut rassurante pour les personnes atteintes.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.