Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Jardin Alzheimer du CHU : l’essence des sens

3 800 m² de végétaux à visée thérapeutique pour le mieux-être d'une centaine de personnes souffrant de la maladie d'Alzheimer : le jardin « Art, mémoire et vie » du CHU de Nancy prend forme. Débuté en décembre 2007, ce projet innovant dans le paysage hospitalier français devrait être achevé à l'horizon 2010. Promenade en compagnie du Dr Thérèse Jonveaux, chef de service au Centre Paul Spillmann-Pôle gérontologie, médecine interne et soins palliatifs de l'établissement.

3 800 m² de végétaux à visée thérapeutique pour le mieux-être d’une centaine de personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer : le jardin « Art, mémoire et vie » du CHU de Nancy prend forme. Débuté en décembre 2007, ce projet innovant dans le paysage hospitalier français devrait être achevé à l’horizon 2010. Promenade en compagnie du Dr Thérèse Jonveaux, chef de service au Centre Paul Spillmann-Pôle gérontologie, médecine interne et soins palliatifs de l’établissement.


Le jardin Alzheimer, un itinéraire qui alterne contemplation et flânerie.

Terre, Air, Eau et Feu. Divisé en 4 carrés thématiques, le jardin du CHU « rompt avec le cadre hospitalier habituel et spécialisé des services de soins. Il allie Nature et Art ». « C’est un lieu plus accueillant, plus reposant, propice aux rencontres et aux échanges avec les proches » explique le Dr Jonveaux. « Le concept fondateur de ce jardin situé à l’hôpital St Julien est de réunir dans un même espace tout ce qui stimule et sollicite les mécanismes cognitifs des patients atteints de la maladie d’Alzheimer. » A travers lui, tous les sens peuvent être mobilisés : la vue (oeuvre d’art, coloris des végétaux), l’ouïe (fontaines, mobiles sonores, bruits de la ville avoisinante), le toucher (végétaux, sculptures, matériaux) et l’odorat (senteurs des plantations). La circulation à travers ce jardin favorise le repérage spatial et temporel du patient et lui offre un cadre agréable de promenade (activité physique reconnue comme importante dans ce type de pathologie).

La dimension artistique du projet lui confère un caractère unique reconnu par divers professionnels lors de sa présentation à des rencontres nationales et internationales liées à la gériatrie et au paysagisme. « Les professionnels montrent un vif intérêt pour notre jardin et beaucoup souhaitent s’en inspirer pour mener leurs propres projets », relate le Dr Jonveaux. « Cet enthousiasme et les nombreux contacts noués nous encouragent à mettre en place, en lien avec l’association Jardins et Santé une véritable dynamique nationale pour encadrer et valoriser la notion de jardin à visée thérapeutique. Avec, pourquoi pas, la création d’un observatoire et d’un label reconnus ? »

Espace d’ouverture, le jardin rétablit le lien entre le patient et le monde extérieur : observation des activités quotidiennes des jardiniers, des visiteurs, des autres patients et de la vie du quartier puisqu’il est installé en milieu urbain. Le jardin, lien social, devient un sujet d’échanges et de partage. « C’est pour tout cela que ce jardin « Art, mémoire et vie » est un support innovant pour la recherche liée à la maladie et à ses prises en charge non médicamenteuses », assure Thérèse Jonveaux. « Il est difficile d’évaluer les apports de ces thérapeutiques, mais développer des outils qualitatifs peut nous y aider comme l’analyse d’entretiens avec le patient portant sur son ressenti vis-à-vis du jardin et ce qu’il en perçoit. »


Détail d’une sculpture du Dr Reinhard Fescharek

Fruit d’une collaboration pluridisciplinaire (médecins, soignants, psychologues, rééducateurs, artistes, techniques, artisans), le jardin mobilise autant à l’intérieur de l’hôpital qu’à l’extérieur : implication des services techniques pour l’installation des carrés, fleurissement et plantations par le service des espaces verts et appel à des entreprises et artisans lorrains pour la concrétisation de la vision artistique du sculpteur / designer allemand le Dr Reinhard Fescharek. « Le projet remporte une large adhésion et les retours positifs quotidiens des familles et des soignants en sont la meilleure preuve », témoigne le Dr Jonveaux.

Le projet du CHU bénéficie du soutien de la Fondation des Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France à travers l’opération « Plus de Vie », de l’ALANA (Association Lions-Alzheimer de Nancy Agglomération), des Clubs Lions et Lions national, de la Fondation Médéric Alzheimer, de l’Association Alzheimer 54, du Conseil Général 54 et de la Communauté Urbaine du Grand Nancy.

Adresse du jardin Alzheimer : Hôpital St Julien, rue Foller, 54000 Nancy

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.