Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Je vous parle, regardez moi !

Mieux connaître, Mieux comprendre l'enfant prématuré. Pour aider les parents à mieux communiquer avec leur enfant prématuré, un livret a été réalisé à leur attention. Ils découvriront l'importance de l'observation, le langage corporel du tout petit, ses attitudes, les situations de bien-être et d'inconfort, et comment préparer le retour à la maison de leur bébé né en avance.

Mieux connaître, Mieux comprendre l’enfant prématuré.

Pour aider les parents à mieux communiquer avec leur enfant prématuré, un livret a été réalisé à leur attention. Ils découvriront l’importance de l’observation, le langage corporel du tout petit, ses attitudes, les situations de bien-être et d’inconfort, et comment préparer le retour à la maison de leur bébé né en avance.

Tendrement illustré, très accessible et facile à lire, il rassure les parents sur leurs compétences et valorise leur investissement dans les soins quotidiens portés à leur tout petit en complémentarité avec l’équipe soignante.


« Aujourd’hui, votre enfant a besoin de nombreux soins médicaux et infirmiers. L’équipe soignante va vous aider à le comprendre, mais bien vite, c’est vous qui le connaîtrez le mieux, car c’est votre enfant et vous êtes son meilleur soutien » explique, dans la préface, le Dr Nathalie Ratynski, du service de réanimation néonatale du CHU de Brest.

« Je vous parle, regardez moi ! » a été élaboré par le Dr Nathalie Ratynski et l’association Sparadrap, avec le soutien de la Fondation de France.

Les partenaires

Le CHU de Brest
est le premier centre français a avoir choisi d’implanter dans son service de réanimation néonatale le programme américain NICAP (Programme d’évaluation et de soins de développement du nouveau-né prématuré).

L’association Sparadrap a pour vocation d’aider les familles et les professionnels quand un enfant est malade ou hospitalisé. Elle édite des ouvrages à l’attention des enfants et de leur famille sur les soins dispensés à l’hôpital. Pour ce faire, elle travaille avec des équipes de terrain qui souhaitent réaliser des documents sur des prises en charge spécifiques. Sparadrap a retenu le projet de Brest car il traite de l’implication des parents dans les soins quotidiens, de la volonté d’aider les parents à devenir de réels partenaires ; Un sujet qui leur tient particulièrement à coeur.
Sparadrap : 48 rue de la plaine – 75020 Paris – Tél : 01.43.48.11.80 – www.sparadrap.org ?contact Françoise Galland, directrice : href= »mailto:fgalland.sparadrap@wanadoo.fr »

Pour la Fondation de France « Je vous parle, regardez-moi ! » s’inscrit dans le cadre du programme national de lutte contre la douleur. Attirer l’attention des soignants sur tout ce qui provoque la douleur, améliorer les techniques, informer les patients, petits et grands sur ce qui peut être douloureux, leur expliquer le but de certains gestes, chercher à diminuer l’anxiété qu’ils génèrent sont autant d’objectifs soutenus par la Fondation.
Fondation de France : 40 avenue Hoche – 7008 Paris – Tél : 01.44.21.31.83 – www.fdf.org
contact Mireille Davidson – responsable du département santé : href= »mailto:mireille.davidson@fdf.org »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.