Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Jean-François Mattéi en visite au CHU de Strasbourg

M. Jean-François Mattéi, Ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées signera le contrat d'objectifs et de moyens des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, le jeudi 19 Février 2004. A cette occasion, il visitera le chantier du Nouvel Hôpital Civil.

M. Jean-François Mattéi, Ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées signera le contrat d’objectifs et de moyens des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg,le jeudi 19 Février 2004.
A cette occasion, il visitera le chantier du Nouvel Hôpital Civil.

Le Contrat d’Objectifs et de Moyens (COM) des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg (HUS) détermine les orientations stratégiques de l’établissement en tenant compte des objectifs du Schéma Régional d’Organisation Sanitaire (SROS) et définit les conditions de mise en oeuvre de ces orientations.

Le Contrat d’Objectifs et de Moyens s’appuie sur le projet d’établissement des HUS approuvé par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation d’Alsace et qui se décline en cinq volets :
– projet médical
– projet social
– projet de soins
– projet de gestion
– schéma directeur du système d’information

En articulation avec le SROS et dans la continuité du précédent projet d’établissement des HUS, les axes directeurs de ce projet sont:
– mieux soigner, mieux accueillir, mieux informer
– améliorer les structures et les performances
– s’adapter à l’environnement sanitaire

Le projet d’établissement des HUS s’appuie sur un programme de restructuration ambitieux se déclinant en 5 projets majeurs (I):
– La construction du Nouvel Hôpital Civil
– La construction d’un pôle logistique
– La restructuration de l’hôpital de Hautepierre
– Un nouveau plateau technique de microbiologie
– Un nouveau centre de soins dentaires

Le projet d’établissement des HUS se traduit également par (II):
– Une réorganisation interne de l’offre de soin et une modernisation de la gouvernance
– Des coopérations renforcées avec des établissements partenaires de la CUS
– Un engagement fort dans le cadre du Plan Cancer

Le projet d’établissement des HUS s’appuie sur un Plan de financement impacté par (III):
– Les engagements de l’ARH Alsace et des HUS dans le cadre du COM
– Le Plan pluriannuel d’investissements des HUS
– Le Plan Hôpital 2007

I. Les grands projets restructurants des HUS

I.1. La construction du Nouvel Hôpital Civil
Le projet de construction du Nouvel Hôpital Civil (NHC) vise à regrouper les structures pavillonnaires du centre ville de Strasbourg dans un ensemble homogène conçu autour d’une logique de regroupement des plateaux techniques et un découpage en pôles.
Le NHC aura une capacité totale d’hébergement de 712 lits et places sur une surface de 85.000 m2 répartis sur cinq niveaux.
Le chantier du NHC, dont les travaux ont débuté au mois de septembre 2002 nécessite 36 mois de travail avec une ouverture prévisionnelle au 1er semestre 2006, sauf aléas, relativement courants dans ce type d’opérations complexes.
Le coût total de l’opération s’élève à 230 millions d’euros financés par le Programme pluriannuel d’investissement des HUS.

I.2. La construction d’un pôle logistique
Le projet de Pôle logistique répond à trois motivations principales:
– Optimiser les conditions de stockage et la gestion de l’approvisionnement des diverses structures des HUS,
– Améliorer la qualité des prestations logistiques dans un cadre budgétaire rigoureux,
– Améliorer les conditions de travail du personnel.
Le logipôle est le pendant logistique du Nouvel Hôpital Civil, organisé autour de concepts d’approvisionnement en flux tendus avec des capacités de stockage à minima.

Le projet du Pôle Logistique est financé dans le cadre du Programme Pluriannuel d’Investissement 2002-2007 des HUS pour un montant de 29 millions d’euros.

Deux hypothèses d’implantation sont actuellement à l’étude mais en tout état de cause, le Pôle Logistique devra être opérationnel concomitamment à l’ouverture du Nouvel Hôpital Civil, soit début 2006.

I.3. La restructuration de l’hôpital de Hautepierre
La restructuration de l’Hôpital de Hautepierre répond à une réorganisation fonctionnelle conforme au projet médical par pôles d’activité:
– pôle mère-enfant
– pôle chirurgical
– pôle médical (nouveau bâtiment)

La restructuration passe par la modernisation complète du bâtiment qui date de 1979 et la construction d’un bâtiment neuf.

Le coût total de l’opération (valeur 2000) est de 145 millions d’euros dont 90 millions pour le bâtiment neuf. Seuls 60 millions d’Euros sont actuellement financés dans le programme pluriannuel d’investissement des HUS. Un financement complémentaire partiel a été obtenu dans le cadre du Plan Hôpital 2007.

I.4. Un nouveau plateau technique de microbiologie
L’obsolescence du plateau technique actuel (bactériologie, parasitologie, virologie) impose qu’il soit entièrement restructuré. Le coût de l’opération, financée partiellement par le Plan Hôpital 2007, s’élève à 16 millions d’euros en investissement et 5 millions d’euros pour les équipements.

I.5. Un nouveau centre de soins dentaires
L’obsolescence des bâtiments actuels de la faculté et du centre de soins dentaires a justifié la programmation d’une rénovation complète des structures existantes, le côté faculté obtenant dès 2000 un financement de l’ordre de 12 M¬ dans le cadre du Contrat de Plan Etat-Région.

Pour la partie hospitalière, le PTD de l’opération a été approuvé par le Conseil d’administration des HUS en juin 2000 et tout est mis en oeuvre pour qu’une maîtrise d’ouvrage commune aux deux opérations, faculté et hôpital, soit confiée à la CUS. Le volet hospitalier chiffré à 8 millions d ‘euros est financé partiellement dans le cadre du Plan Hôpital 2007.

II. Les autres axes de restructuration des HUS

II.1. Une réorganisation interne de l’offre de soin et une modernisation de la gouvernance

Les HUS se sont engagés dans la constitution de pôles d’activités aux HUS:
– sur la base de leur projet médical
– permettant la suppression quasi-générale des services doublons
– poursuivant une politique active de contractualisation interne et d’intéressement (vingt services depuis 1998)

Les HUS sont en train de mener à bien l’intégration en trois tranches (2003-2005) des laboratoires universitaires de biologie.
Les HUS ont anticipé la modernisation de la gouvernance hospitalière en mettant en place depuis quelques années un conseil stratégique (réunion hebdomadaire) associant la Direction générale, la Présidence de la CME et le Doyen pour ce qui concerne les questions hospitalo-universitaires.

II.2. Des coopérations renforcées avec des établissements partenaires de la CUS
Les HUS consolident leur synergie avec le CMCO-SIHCUS (gynécologie obstétrique et cardiologie) de Schiltigheim au sein du syndicat interhospitalier constitué en 1997.
Depuis quelques années, le Centre de Traumatologie et d’Orthopédie (CTO) d’Illkirch-Graffenstaden et les HUS recherchent une association plus étroite, les HUS ayant acté dans leur projet médical l’émergence, à terme, d’un site unique de traumatologie adulte regroupé sur le CTO tandis que la traumatologie pédiatrique serait recentrée sur l’hôpital de Hautepierre.
Les HUS projettent la constitution en 2004 d’un groupement de coopération sanitaire (GCS) avec le Centre anti-cancéreux Paul Strauss, futur Institut Régional du Cancer

II.3. Un engagement fort dans le cadre du Plan Cancer
Les HUS promeuvent activement la création d’un pôle fort de cancérologie par:
– la labellisation d’une cancéropôle Grand Est (5 régions, coordination scientifique assurée par Pr. OUDET HUS, coordination gestion assurée par le Directeur Général des HUS)
– une aide financière du Conseil Régional, du Conseil Général et de la CUS
– la constitution en cours d’un GCS avec le Centre Paul Strauss basé sur des projets médicaux complémentaires
– la constitution d’un Centre de Bioressources – tumorothèque
– la création en cours d’une Unité de thérapie cellulaire et génique

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”