Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Journée mondiale des hépatites virales : Aides mène une enquête flash

Dans le cadre de la journée mondiale des hépatites virales mardi 19 mai, l'Association AIDES, réalisera, en lien avec le CHU de Bordeaux, une enquête flash au sein de plusieurs bâtiments du groupe hospitalier Sud à l'hôpital Haut-Lévêque. Objectif : évaluer la proportion de soignants, malades et visiteurs ayant déjà effectué un dépistage des hépatites B et C. Si besoin, une documentation indiquant l'adresse du centre de dépistage anonyme et gratuit leur sera remise.

Dans le cadre de la journée mondiale des hépatites virales mardi 19 mai, l’Association AIDES, réalisera, en lien avec le CHU de Bordeaux, une enquête flash au sein de plusieurs bâtiments du groupe hospitalier Sud à l’hôpital Haut-Lévêque. Objectif : évaluer la proportion de soignants, malades et visiteurs ayant déjà effectué un dépistage des hépatites B et C. Si besoin, une documentation indiquant l’adresse du centre de dépistage anonyme et gratuit leur sera remise.

« Mieux connaître et détecter les hépatites virales » thème central de la journée mondiale du 19 mai
L’infection par le virus de l’hépatite B se distingue par son caractère sexuellement transmissible ainsi que par la transmission de la mère à l’enfant, plus souvent responsable d’infections chroniques. Un vaccin efficace et bien toléré est disponible. Les traitements, lorsqu’ils sont nécessaires, doivent être entrepris pendant de très longues années.
L’infection par le virus hépatite C est essentiellement transmise par les contacts sanguins, liés aux injections de drogue le plus souvent, ou aux soins voire aux actes ou accidents non liés aux soins mais s’accompagnant potentiellement de contamination sanguine. Les personnes les plus touchés actuellement en France sont les usagers de drogue par voie veineuse. Il n’existe pas de vaccin. Le traitement est souvent mal toléré mais il permet d’obtenir une guérison définitive dans plus de la moitié des cas avec une durée de traitement de 6 à 12 mois. De nombreux nouveaux médicaments sont en cours d’évaluation notamment au CHU de Bordeaux.

plan national de lutte contre les hépatites virales B et C – 2009-2012
En France, environ 500 000 personnes sont atteintes d’une hépatite B ou C et environ 4 000 personnes meurent chaque année des suites de celles-ci. Malgré leur fréquence au sein de la population française, les hépatites restent méconnues de celle-ci tant en ce qui concerne leurs modalités de transmission que leur prévention et traitement, qui ont fait d’importants progrès.

La lutte contre les hépatites virales B et C repose depuis 1999 sur des plans nationaux.

Le nouveau plan national de lutte contre les hépatites virales B et C 2009-2012 s’inscrit dans la continuité des mesures prises en 2005 en direction des professionnels de santé pour sensibiliser à la vaccination des personnes les plus exposées à l’hépatite B, pour introduire le parcours coordonné de soins de l’hépatite C avec une incitation au diagnostic plus précoce et afin de renforcer le dispositif de prévention et de prise en charge des usagers de drogues.

(Source : dossier de presse « lancement du plan national de lutte contre les hépatites virales B et C 2009-2012 » du Ministère de la Santé et des Sports)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”